Facture prestation médicale

En Suisse non seulement on est pas remboursé si nos factures médicales sont inférieures à 2500Fr soit environ 2300€ mais encore ces factures sont extrèmenent compliquées

La facturation se fait par tranche de 5mn. Il n'y a pas de forfait. On imagine aussi le temps passé pour réaliser ces factures.On peut voir sur certaines factures une ligne supplémentaire pour facturer la facturation.
Contrairement à la propagande officiel qui proclame que le système médicale suisse est le meilleur au monde, ici on ne trouve pas de docteur quand on est malade. On va chez un premier médecin qui dit qu'il ne prend plus de nouveau patient, on va chez un autre qui ne peut nous recevoir etc.. Et au final on ne va pas chez un médecin. Parfois quand on a trop mal on va aux urgence.

Il y a peu le canton de Vaud a refusé parréférendum une assurance pour les soins dentaires . Oui le dentiste n'est pas remboursé du tout , c'est considéré comme du luxe. La mentalité est de penser que si on se brossait les dents on aurait pas besoin d'aller chez le dentiste. Autrement dit, on nous sous entends à penser que si on pouvait aller chez le dentiste et que cela serait rembourser, il n'y aurait plus d'hygiène dentaire. Comme si c'était l'un ou l'autre. soit on se brosse les dents soit on va chez le dentiste.

Une vieille carte des langues en Suisse

La carte des langues en Suisse évolue peu. Seul Bienne est en train de basculer du français vers l'allemad. En fait cette ville bilingue est à 60% germanique est 40% français. A noter que l'Alsace parle allemand. Cette carte date probablement entre 1970 et 1914

Des détectives pour contrer la fraude à l'aide sociale



La Suisse va durcir la surveillances contre les bénéficiaires des assurances sociales pour lutter contre la fraude. Ecoutez le débat entre une personne qui trouve tout à fait normal de surveiller les assurés et une autre qui trouve que les moyens de contôles sont choquant. Vous en pensez quoi vous ?

Pour la Suisse le glyphosate serait inoffensif



Le trés sérieux site d'information public RTS (Radio Télévision Suisse ) donne une information surprenante qui va à contre courant avec un angle qui pose question.

Voici l'information

Le gouvernement estime qu'il n'y a pas de raison d'interdire le glyphosate. Il fonde sa décision sur une nouvelle étude menée en Suisse, selon laquelle le pesticide serait inoffensif pour la santé.

Le Conseil fédéral a rejeté jeudi une motion des Verts, qui demandaient une interdiction de ce produit classé potentiellement cancérogène par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Lire l'article de la RTS

La Suisse est d'aprés une enquête parmis les pays les moins corrompus du monde.

SEMO et système post scolaire en Suisse

SEMO YverdonLe SEMO  (SEmestre de MOtivation) est un organisme chargé de prendre en charge les enfants sortant du systéme scolaire obligatoire en Suisse pour les aider à trouver un apprentissage. A la sortie de l'école à 16 ans, il y a plusieurs solutions : 
- Faire le gymnase (Lycée) pour faire la maturité (Bac). Cette voie est réservée à une petite sélection des meilleurs élèves.
- Faire le RAC : c'est une classe de raccordement pour les élèves qui n'avait pas le niveaux mais qui désirent faire le gymnase. C'est donc une année supplémentaire d'école pour rattraper le niveau.
- Faire l'OPTI : C'est une année d'école supplémentaire pour développer le niveau solaire tout en cherchant un apprentissage. 
- Ceux qui n'ont rien font le SEMO . Il n'y a pas de cours scolaire mais des ateliers d'occupations et les élèvent sont accompagner dans leur recherche d'apprentissage ou de stage. C'est un peu l'équivalent des ateliers de recherche d'emploi qu Pôle Emploi propose mais sur une longue période. A plusieurs on est plus motivé. La recherche d'un apprentissage est aussi difficile que la recherche d'un emploi.

Il faut savoir qu'en Suisse une grande majorité des élèves sortent de l'école et font un apprentissage. Un apprentissage est une formation  qui qualifie avec un diplome : un CFC (Certificat Fédéral de Compétence). C'est le diplôme le plus courrant. C'est le diplôme que les entreprises attendent.

Ce système est souvent présenté comme la solution pour le plein emploi. Mais si on creuse un peu tout n'est pas si rose et le plein enploi en Suisse n'est pas aussi évident que les chiffes le laisse penser.