Le SPJ est complétement à coté de la plaque

Alors que je lis des articles sur le SPJ dans la presse disant qu'ils abusent, mon expérience pour apporter de l'eau au moulin.

Tina est placé en foyer contre la volonté de ses parents. Alors qu'elle sortait avec un homme de 35 ans (elle 15 ans), le SPJ n'avait rien à redire. Suite à une altercation avec cet homme, celui-ci se venge et l'amène au SPJ. Résultat placement en foyer d'urgence.

Aprés plusieurs mois difficile et une demande pour changer d'assistante sociale, rien ne change. Pire Peut être Tina voulait prendre l'air et faire l'expérience d'un foyer, ce serait peut être mieux qu'à la maison. Peut être elle veut bénéficier des avantages du foyer ET de la maison. Bref avec le temps le ressenti contre ses parents se calme et la relation se renoue.

La dernière année de l'école obligatoire est fini et c'est le SEMO (semestre de motivation) qui est choisi pour l'orientation. Le but du SEMO est d'encourager les enfants à chercher un apprentissage en les soutenant et formant pour leur CV, candidatures etc...

Un stage a été trouvé à 2 km du domicile. Les éducateurs du foyers voyaient que ce serait une bonne occasion pour Tina de revenir quelques jours à la maison pour bénéficier de la proximité du domicile.

MAIS cela n'a pas été accepté. L'assistante sociale du SPJ a refusé. Tina a lors monter tout un stratagène difficilement imaginable même dans un film. Elle a cherché dans ses connaissances qui pourrait l'héberger. Une amie de 24 ans accepte de l'héberger. Tina fait donc une demande au foyer pour dormir chez cet amie durant son stage.  L'assistante sociale accepte que Tina qui est sous la protection de la jeunesse dorme chez cet amie que les parents ne connaissaient pas. Les parents signalent au foyer qu'il sont en désaccord avec le fait que leur fille dorme chez cet inconnue.

Pas de réponse du foyer

Par contre Tina vient dormir chez ses parents. Contre l'avis de l'assistante sociale du SPJ. Durant toute la semaine, elle est motivée par ce stage dans un EMS, elle se lève trés tôt.

Le weekend qui suit, Tina doit encore faire une demie journée de stage le samedi matin. Elle demande au foyer de dormir chez ses parents. C'est acceptée.

Depuis elle ne retourne plus au foyer. Un avis de fugue est lancé. Tina ne veut plus retourner au foyer. Evidement ses parents ne peuvent pas rejeter et la mettre à la porte.

On se trouve dans une situation ou le SPJ pour la toute puissance d'une assistance social refuse qu'une fille retourne à la maison chez ses parents, elle a préféré l'envoyer dormir chez une inconnue.

Conclusion : Le SPJ a certaine logique qui sont de toute façon contre les parents mais qui peut aussi être parfois contre les enfants aussi. Raison financière ? Peut être. Plus on a de travail plus on a de l'importance même si on fait n'importe quoi.

A ce jour Tina est toujours en fugue chez ses propres parents.

Avez vous des situations similaires à raconter au sujet du SPJ ?

Encore un réseau orageux avec le SPJ

Quand on parle de réseau il ne faut pas comprendre le vrai sens du mot réseau mais d'un sens figuré. C'est en fait une réunion entre différents intervenants.



Je me pose la question comment ça se passe avec les autres familles. Sont-elles respectées et écoutées ? Y a-t-il un dialogue constructif ?

Les réunions avec une assistante sociale du SPJ Vaud se déroulent avec de plus en plus de tension. On pourrait penser que des professionnelles savent mener les choses. Mais c'est comme un mur. Une opposition frontale. On a le sentiment d'avoir une personne avec des super pouvoirs. Il faudrait être super gentil et poli voir hypocrite. Il y a comme une tension extrème, de l'orage. C'est comme si l'assistante sociale avait un malin plaisir à être contre nous et à nous humilier. C'est comme si on se sent surveiller et qu'il faut absolument être normalisé et entrer dans une boite.

Voila je cherche à entrer en relation avec des personnes qui ont aussi des problème avec le SPJ. Existe-t-il un lieu de partage ou un forum pour savoir comment faire et savoir se défendre. Voilà un message envoyé dans les internets. Peut être arrivera-t-il à une personne dans le même cas.

Quand on sort d'une réunion du SPJ ...

- On se sent traqué et pris au piège.
- On a le choix de répondre oui et ce sera oui et si on répond non la réponse sera oui.
- On a trois solutions : - Le suicide - tuer son ennemi qui en est la cause - partir et faire le tour de la terre. Chaque jour il faudra chercher un lieu pour dormir et de quoi manger pour survivre.
- On sait bien que cela leur démange de casser notre famille. Tôt ou tard ils vont y arriver.
- On sent qu'ils font semblant de nous écouter et qu'au final il veulent remplir les foyers et casser les familles.
- On sait que le SPJ c'est protection de la jeunesse même au détriment des parents.  SPJ ce n'est pas SPF Service de Protection des Familles .
- On sait qu'on a été sous surveillance et qu'au moindre faux pas ce sera la sanction.


Mise en foyer par une personne externe

Tina (nom d'emprunt) est unejeune fille de 15 ans qui présente des troubles de l'attachement. Elle est suivi par les services sociaux de l'enfance par une spychologue et des professionnels. Depuis plusieurs mois elle fréquente un homme de 35 ans qu'on va nonmer L. En tant que parent, je trouve cette relation bizarre. Bien sûr officiellement ils sont amis ou plutôt papa fille. Tina appel L son papa. Parfois elle partait même au milieu de la nuit on ne savait pas ou elle était. L lui donnait des cigarettes, parfois un peu de drogue, lui payait des billets de train. Puis la situation s'est détérioré. Les messages reçus de L était plutôt contradictoires une fois il disait qu'il ne voulait plus la voir et aprés qu'il la voyait souvent.

Puis les choses se sont envenimé. Vu que Tina et L continuaient toujours à se fréquenter L au supermarché j'ai clairement dit à L que je ne voulait pas qu'ils se voient. Il répondait qu'il voulait discuter, qu'il ne faisait rien de mal et qu'il continuerait à voir Tina si il le voulait.

Puis un message de menace est arrivé. Si vous ne voulez pas discuter, Il va être obligé d'agir et cela risque d'être désagréable.

Effectivement lundi L a amené Tina au SPJ et elle est resté en foyer . Autrement dit il s'est vangé car je ne voulait pas qu'il voit ma fille en la faisant mettre en foyer. Il suffit de dire qu'il y a maltraitance et fabrication de marque et le tour était joué. Une famille brisée !! Un enfant retiré de sa famille.

Effectivement depuis qu'on était sous surveillance du SPJ on savait que la mise en foyer était une épée damocles. Ce jour lä mon töléphone avait été oublié donc la convocation en urgence au SPJ s'est faite sans moi. Autrement dit il y a eu jugement sans que je puisse me défendre.

Ce qui est le plus révoltant c'est que je SPJ ne voit pas de danger ni aucun problème à ce qu'une fille de 15 ans fréquente régulièrement un adulte de 35 ans.

Signalement au SPJ

Le SPJ Service de la Protection de la Jeunesse est une institution qui comme son nom l'indique est chargé de protéger les enfants et adolescent. Les professionnels travaillant avec les enfants sont encouragés à faire des signalements quand l'enfant est mis en danger dans son développement.

Que propose le SPJ : Il y a des mots qui résonnent fort : éloignement - foyer. En clair séparation de l'enfant de sa famille. L'état se subsititue de plus en plus aux familles pour imposer son mode d'éducation. Et le SPJ c'est un peu le contrôle technique. Plus on cherche les choses à réparer plus on en trouve. Il y a des pannes éliminatoire. Il faut repasser réparer et il y a de nouveau un contrôle.

Les parents n'ont plus le droit à aucune erreur. Un claque et c'est de la maltraitance physique. Une remarque blessante quand on gronde l'enfant et la maltraitance spychologique est suspecté voir avérée.

L'enfant séparé de sa famille va-t-il être réellement protégé. Il arrive quand dans les foyers, les choses se dégradent.