Harcélement du SPJ : il faudra payer plus de 1000Fr par mois

Rédigé par chris - -
injustice parentale
Comment ils s'imaginent que je vais les sortir ces 1000Fr par mois avec un salaire plus que modeste. Ils pensent peut être que j'ai une imprimante à billets ces gens dans leur bureaux.  Les socialistes vaudois pompent les plus faibles et détaxes les grandes multinationales. Pire ils imposent des choses contre leur citoyens. Non seulement ils nous ont pris notre fille contre notre volonté mais maintenant il faut payer pour quelque chose que nous ne sommes pas d'accord. Cela confirme mon préjugement que le SPJ est une institution à briser les familles avec leur toute puissante justice. Si on peut appeler cela justice. 

Idée : Je me suis rendu compte que les gens qui ont affaire au SPJ sont assez seuls dans leur coin. Suite au message lancé dernièrement une personne a répondue. L'idée serait peut être d'échanger des informations pour pouvoir partager des expériences. En Suisse allemande suite aux abus du SPJ suisse allemand le KESB les parents se sont regrouper pour mieux se défendre . Je suis en train de réfléchir à construire cette plateforme d'échange. Elle devrait être confidentielle pour avoir un lieu de partage sécurisé. Voilà un projet qui germe doucement... Je vais exclure une page facebook évidement pour une question de confidentialité mais utiliser un outil un peu plus sûr. Je n'ai pas trop envie que nos informations privées et personnelles fasse l'objet de surveillance par l'état et la police trop facilement.

Qu'en pensez vous ? Etes vous intéressé à une plateforme d'échange sur la famille en générale et le SPJ en particulier ?

Pour lire plus sur je sujet : SPJ Service de Protection de la Jeunesse

Encore un réseau orageux avec le SPJ

Rédigé par chris - -
Quand on parle de réseau il ne faut pas comprendre le vrai sens du mot réseau mais d'un sens figuré. C'est en fait une réunion entre différents intervenants.



Je me pose la question comment ça se passe avec les autres familles. Sont-elles respectées et écoutées ? Y a-t-il un dialogue constructif ?

Les réunions avec une assistante sociale du SPJ Vaud se déroulent avec de plus en plus de tension. On pourrait penser que des professionnelles savent mener les choses. Mais c'est comme un mur. Une opposition frontale. On a le sentiment d'avoir une personne avec des super pouvoirs. Il faudrait être super gentil et poli voir hypocrite. Il y a comme une tension extrème, de l'orage. C'est comme si l'assistante sociale avait un malin plaisir à être contre nous et à nous humilier. C'est comme si on se sent surveiller et qu'il faut absolument être normalisé et entrer dans une boite.

Voila je cherche à entrer en relation avec des personnes qui ont aussi des problème avec le SPJ. Existe-t-il un lieu de partage ou un forum pour savoir comment faire et savoir se défendre. Voilà un message envoyé dans les internets. Peut être arrivera-t-il à une personne dans le même cas.

40% des assistants sociaux du SPJ ne suivraient pas la méthode prescrite pour le placement

Rédigé par chris - -
SPJ Suisse Abus dans les placements
6500
C’est le nombre d’enfants suivis chaque année par le Service de protection de la jeunesse (SPJ) de l’Etat de Vaud. Ils représentent4,5% des mineurs du canton. 10% C’est la proportion d’enfants suivis que la justice place dans une famille d’accueil ou en institution.
100 millions C’est le coût, en francs, des interventions du SPJ auprès des familles qu’il suit. 95 C’est le nombre d’assistants sociaux du SPJ, selon le rapport de la Cour des comptes, soit 78 équivalents temps plein (ETP). 4 C’est le nombre d’offices régionaux de protection des mineurs (ORPM) du canton.

Selon le rapport, certains assistants sociaux se prononceraient plutôt au feeling, sur la base de leur expérience. Difficile, dans ces cas-là, d’expliquer a posteriori à des parents les raisons exactes d’un placement ou de la moindre décision qui concerne leur enfant.

Réunion Bilan avec le SPJ harcèlement

Rédigé par chris - -
Tout est brouillé dans ma tête depuis que T a été prise par le SPJ. Pour protéger sa relation avec un adulte de 35 ans T jeune fille de 15 ans a eu l'idée de faire intervenir le SPJ. Elle avait signalé une violence en se faisant des marques sur ses bras. Evidement la SPJ la croit et elle est mis en foyer. C'était le premier choc. 
pression harcelement du SPJ
Placement en foyer d'urgence puis en foyer normal. Bien sûr contre notre volonté Tribunal Evidement le tribunal suit toujours les recommandations du SPJ.

Cet homme nous avait envoyé préalablement des messages de menaces.

Comme j'avais manqué la réunion d'admission la deuxième réunion s'appelle réunion Bilan. Comme bilan c'est un espèce de tribunal ou on fait des reproches tantôt assez proche de la vérité comme absence des réunions précédentes ou imaginaire.

La tension monte devant tant de jugement et de harcèlement. Tout se brouille dans ma tête. Mais il y a une impression d'être dans un rouleau compresseur qui avance inexorablement. Que faire comment réagir. Papier qui manque. Courriers non reçus. Contacts non pris. Beaucoup de choses s'entemèlent. Il faudra payer. C'est une escalade. Si les papiers n'arrive pas menace d'enquête de police. Bref impression d'être pris au piège.

Il n'y a aucun problème à ce qu'une homme de 35 ans ait une relation avec une fille de 15 ans . C'est une relation normale répond l'assistante sociale. C'est juste une relation Père fille. 

Le soir alors que le sommeil ne vient pas. Une pensée vient. Et si je virait cette assistante social. Depuis deux mois elle m'en veut à mort. Cela devient du harcèlement. Des pensées de scuicides viennent. Suicide pas physique mais de tout laisser tomber. Ne plus répondre et partir. Tout laisser tomber. Les factures ne seront plus payer. Les poursuites, les frais de relance et puis la rue. Etre clochard et ne plus rien avoir.  Cette personne a brisé notre famille. Elle brise maintenant ma vie. Il faut absolument stopper ce cercle vicieux. Arrêter avec elle. Je lui envoi un mail. 

Aprés on verra bien ce qu'il va se passer. Impression de ne pas rentrer dans les bonnes cases de ne pas faire comme il faut comme on attend de moi que je fasse. Bref il faut jouer un rôle que tout va bien et faire de son mieux. Comment lutter contre le SPJ. C'est David contre le géant.

Un petit lien qui prouve que je ne suis pas le seul à vivre cela sauf que ce cas n'a pas un conflit avec le SPJ et son assistante social. C'est déjà dure de vivre un trouble de l'attachement mais qu'il soit additionné donc non compris par des professionnels qui sont contre les parents au motifs qu'ils veulent aider l'enfant.


Quand on sort d'une réunion du SPJ ...

Rédigé par chris - -
- On se sent traqué et pris au piège.
- On a le choix de répondre oui et ce sera oui et si on répond non la réponse sera oui.
- On a trois solutions : - Le suicide - tuer son ennemi qui en est la cause - partir et faire le tour de la terre. Chaque jour il faudra chercher un lieu pour dormir et de quoi manger pour survivre.
- On sait bien que cela leur démange de casser notre famille. Tôt ou tard ils vont y arriver.
- On sent qu'ils font semblant de nous écouter et qu'au final il veulent remplir les foyers et casser les familles.
- On sait que le SPJ c'est protection de la jeunesse même au détriment des parents.  SPJ ce n'est pas SPF Service de Protection des Familles .
- On sait qu'on a été sous surveillance et qu'au moindre faux pas ce sera la sanction.


Fil RSS des articles de ce mot clé