Peertube



Peertube est un projet de framasoft. Son idée est de proposer une alternative à Youtube. Le problème des vidéos est qu'il faut un trés gros serveur pour héberger des vidéos. Personne ne peux avoir un assez gros serveur. MédiaGoblin propose une alternative à Youtube pour héberger des viédoes, des images et autres médias. Peertube utiliser le peer to peer pour un serveur vidéo. Chaque serveurs héberge ses propres vidéos et ils sont partagé par le protocole p2p. Si un serveur a beaucoup de visite, les autres serveurs peuvent être solicité pour aider.  L'idée est de faire un réseaux de serveurs et à plusieurs on peut réussir à être plus fort.

Projet à suivre donc...

Voici un exemple de site peertube https://peertube.cpy.re


Hubzilla : un diamant dans la poussière.



L'heure est venu de faire des bilans . Voici une réflexion sur hubzilla en cette fin d'année 2017. Une article de réflexion, un peu critique mais pas tant que ça finalement. Peut être il vous donnera envie de voir par vous même. Peut être vous confirmerez... ou pas. Vous pouvez réagir, compléter ou valider ces réflexions, Vous pouvez commenter ici, sinon sur mon canal que vous pouvez suivre sur Mastodon, Diaspora ou autres réseaux sociaux compatible ActivityPub .

Hubzilla est un outil qui mériterait mieux. Il ressemble à un diamant dans un tas de poussière. On ne le voit pas. On pense que c'est juste un caillou comme il y en a plein.

Hubzilla est une plateforme qui permet de communiquer de façon décentralisée. On peut publier des informations, suivre d'autres canaux ou contacts comme on le fait sur des réseaux sociaux. C'est décentralisé c'est à dire qu'on a pas besoin d'ouvrir plusieurs comptes un par site. C'est compatible avec les grands réseaux sociaux populaires comme Mastodon, Diaspora et Gnusocial. Mais plus fort, on peut cloner ou bouger son compte facilement sans avoir à redemander à nos contacts de nous suivre. C'est l'identité nomade l'ADN de Hubzilla. En plus on peut faire des pages web, travailler avec des wiki, gérer son calendrier avec CALDAV, synchroniser ses fichiers etc... Le tout avec un niveau de permission très pointu et une grande sécurité. Cet outil s'installe relativement facilement sur un serveur même petit.

Mais pourquoi est-il si peu utilisé ? Les francophones sont particulièrement peu nombreux. Je vais ici essayer de chercher des raisons par des hypothèses.

L'inscription

Pour aller sur hubzilla, il faut vraiment le vouloir. Il faut déjà trouver un hub. Il y en a plein mais certains sont morts, inactifs ou vieux. Certains demande une validation de l'administrateur qui ne vient jamais. Certains demandent une validation de l'email qui ne vient pas non plus. La première page affiché aprés inscription est la page paramétrage qui est un choc. On ne comprend pas ce que c'est et elle nous donne envie de partir. Rien n'attire. Et une fois ces obstacles franchis, on ne sait pas comment utiliser l'outil.

L'ergonomie

Le gros point faible de Hubzilla est son ergonomie. Il faut chercher ce qu'on veut faire. On devrait savoir utiliser une application sans lire de documentation ni chercher. Cela devrait être logique, simple et évident. Hubzilla demande à l'utilisateur un effort. Il faut apprendre, chercher et persévérer. C'est généralement pas les qualités que la plupart des gens ont.

La complexité

Hubzilla a tellement de fonctionnalité qu'il est compliqué. Il y a des paramétrages partout. Des paramétrages au niveau de l'administrateur (bon là on peut accepter), des paramétrages au niveaux de l'utilisateurs. Des choses qu'on peut faire ou pas. Cette complexité est une vraie faiblesse.

Effet réseau

Quand on arrive sur Hubzilla malgré les difficultés à l'inscription et les premiers pas en tant que membre, on se sent seul. Il y a peu de monde. Le monde attire le monde et inversement. Une des raisons pourquoi Hubzilla n'est pas utilisé est parce que peu de monde l'utilise. Le serpent se mort la queue. Comment briser ce cercle ?

Honte d'inviter quelqu'un

Il y a peu de monde mais je vais inviter mes amis. Eux vons inviter leurs amis et le monde viendra. Mais ... Je commence à avoir honte. Pour les raisons expliqués plus haut, j'ai un peu honte. J'invite une personne et je retiens mon souffle. La plupart du temps, l'invitation fait plouf. Le taux de réussite est trés faible.


Comment mettre en valeur ce diamant

Hubzilla est comme un diamant dans la poussière. On ne voit pas sa valeur. Mais il faut savoir le tailler ce diamant, le mettre dans une jolie boite et le mettre à la lumière.

Que manque-t-il à Hubzilla ? Propablement pas de nouvelles fonctionnalités. Il y en a déjà beaucoup, trop peut-être. Comment simplifier ce qui est complexe ? Comment rendre facile ce qui est difficile. C'est le défi à relever pour que l'utilisateur retrouve un peu plus de sa liberté en maitrisant mieux ses données.

Site officiel hubzilla

Hubzilla francophone

Framasoft Degooglisons CHATONS par Frédéric Urbain



Conférence sur l'objectif de Framasoft. Au départ ce sont des profs qui ont fait un annuaire de logiciel libre. Framasoft vient de FRA (Français) MA (Math).

Mais internet a changé et l'annuaire ne répondait plus à un besoin alors ils ont commencé à proposer des services avec la campagne dégouglisons internet . Framasoft voulait prouver qu'on pouvait remplacer les services GAFAM par des solutions libres. Ils sont proposé toute une gamme de services qui fonctionnaient bien.

Ils ont rencontrés un grand succes, trop grand succés. Et le danger était de recentraliser les services. Aujourd'hui le but de framasoft est d'encourager d'autres à proposer ces mêmes services. Le danger était de remplacer une centralisation par une autre centralisation.

Alors est né CHATONS Comme pour remplacer des services centralisés des GAFAM, il fallait de bonnes compétences informatiques d'administration système, est né l'idée de simplifier tout cela.

CHATONS signifie : Collectif des Hébergeurs Alternatifs,Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires.

Cette vidéo est hébergé par exemple grâce à une alternative à youtube : peertube.

Les principales raisons qui nous poussent à détester un site web en 2017



Le site www.developpez.com a fait un sondage pour connaitre les choses qui nous font détester un site web. Voici le rérsultat.

1. Les vidéos en lecture automatique. De nombreux visiteurs ne veulent peut être pas voir cette vidéo ou bien n'ont pas un gros forfait internet.

2.Les anti bloqueurs de pub : Au lieu de désactiver le bloqueur de pub, le visiteur aura plutôt tendance aller sur un autre site.

3. Les sites qui intedisent un clic droit par exemple pour télécharger une image.

4. Les sites affichent un popup pour télécharger une application. On ne peut pas avoir autant d'application que de site. Généralement ce genre d'appli ne propose rien de plus que les infos du site.

5. Les popups de newsletters. Sans commentaire. Je mettrais ce désagrément en numéro 1 personnellement


En rêgle générale, il faut faire un site pour le visiteur et lui rendre la vie plus facile et lui offrir ce qu'il cherche.

Lire l'article complet

Sommes-nous prisonniers des Gafam ?

GAFAM

De Google à Facebook, les géants du web semblent devenus inévitables. Comment limiter leur emprise sur nos vies privées ? Les Etats et les sociétés civiles doivent-ils s'inquiéter de leur puissance, peuvent-ils les réguler ?
Qui se souviendra de Google ou Facebook en 2037 ? Dans vingt ans, ces deux sociétés auront rejoint les archives d’internet, remplacées par d’autres réseaux sociaux, encore plus puissants, encore plus modernes. A moins qu’en 2037, Google ou Facebook aient donné leur nom à une nouvelle entité politique, transnationale, encore plus puissante et encore plus moderne que les Nations Unies. On aimerait pouvoir voyager dans le futur pour savoir ce que les Gafam nous réservent. Les Gafam, outre les deux sociétés déjà citées, c’est Apple, Amazon et Microsoft. A elles cinq, leur capitalisation boursière est supérieure à la richesse de la France. Leurs patrons sont reçus comme des chefs d’Etat : ils le deviendront peut-être. Les services qu’ils ont mis en place ont profondément changé notre vie quotidienne. Outils formidables, mais outils intrusifs, d’autant plus problématiques qu’ils opèrent aujourd’hui en position ultra-dominante.

Un risque pour nos libertés ? pour la démocratie ?

‘’Sommes-nous prisonniers des Gafam ?’’