Quand on est confronté avec des difficultés éducative d'un enfant ou d'un adolescent on peut se trouver dans une double crise.

1. La crise avec notre enfant : C'est parfois compliqué de mettre des mots sur le problème ou la crise, trouble du comportement, mal être, trouble de l'abandon, bipolarité etc...  Cette difficulté est souvent partageable et plus ou moins bien compris.   C'est déjà trés compliqué. Il y a des patologies psychiques et médicales plus ou moins exagérés ou réelles. Drogue, cigarette, médicaments, sexe etc....  Mais il y a en même temps une autre crise.  Mais c'est rien comparé à la deuxièmre crise qui est imposé par l'état.

2. Crise systémique.  Cette crise systémique agrave la première crise. Cette crise est expliqué par le fait que l'Etat veut tout contrôler tout surveiller et prend le dessus des familes. Le SPJ a trop de pouvoir et prend des décisions pas toujours très justes ni adaptées. En plus il y a trop d'intervenants qui ont des limites dans leur fonctions tout en interférant sur la fonction des autres. Et comme chaque intervenant n'a pas de solution il passe le problème à un autre intervenant. Cela créé une instabilité constante et une impression d'être broyer dans un système qui n'a pas de solution mais qui sait mieux ce qu'il faut faire. 

Cela commence à l'école qui passe la main à l'infirmière scolaire qui passe le problème à l'hôpital qui ne peut pas aider et qui passe le problème à la psycholoque qui ne peut pas aider qui passe le problème au monde  éductatif qui ne peut pas aider qui passe le problème au SPJ qui et contre les parents qui brise les familles. 

Le SPJ séparent les familles et remplit les foyers. Dans les foyers les problèmes s'agravent et les éducateurs ne peuvent pas aider. Et dans tout ce système qui coûte beaucoup d'argent avec de nombreux intervenants qui agissent de façon limités et renvoi le problème sur d'autres personnes.  La crise systémique agrave la première crise. Chaque professionel et nourit et a un travail grâce à ce système. On fabrique les problèmes et cela nous donne des clients / patients. Et parfois certains font des exces de zèle en voulant faire trés bien en manquant de bon sens. Le système s'autoaliment. On guide les gens vers l'AI. Tiens je ne le connaissais pas encore celui là. AI c'est pas l'intelligence artificiel mais Assurance Invalidité. En fait on met dans cette case tout ce qui n'a pas de place ailleur. Une personne avec une humeur qui sort du lot sera conduit à l'AI, un chômeur longue durée va aussi y être conduit. Cela pourrait expliquer le faible taux de chômage en Suisse.

chris

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article