Tout est brouillé dans ma tête depuis que T a été prise par le SPJ. Pour protéger sa relation avec un adulte de 35 ans T jeune fille de 15 ans a eu l'idée de faire intervenir le SPJ. Elle avait signalé une violence en se faisant des marques sur ses bras. Evidement la SPJ la croit et elle est mis en foyer. C'était le premier choc. 
pression harcelement du SPJ
Placement en foyer d'urgence puis en foyer normal. Bien sûr contre notre volonté Tribunal Evidement le tribunal suit toujours les recommandations du SPJ.

Cet homme nous avait envoyé préalablement des messages de menaces.

Comme j'avais manqué la réunion d'admission la deuxième réunion s'appelle réunion Bilan. Comme bilan c'est un espèce de tribunal ou on fait des reproches tantôt assez proche de la vérité comme absence des réunions précédentes ou imaginaire.

La tension monte devant tant de jugement et de harcèlement. Tout se brouille dans ma tête. Mais il y a une impression d'être dans un rouleau compresseur qui avance inexorablement. Que faire comment réagir. Papier qui manque. Courriers non reçus. Contacts non pris. Beaucoup de choses s'entemèlent. Il faudra payer. C'est une escalade. Si les papiers n'arrive pas menace d'enquête de police. Bref impression d'être pris au piège.


Il n'y a aucun problème à ce qu'une homme de 35 ans ait une relation avec une fille de 15 ans . C'est une relation normale répond l'assistante sociale. C'est juste une relation Père fille. 

Le soir alors que le sommeil ne vient pas. Une pensée vient. Et si je virait cette assistante social. Depuis deux mois elle m'en veut à mort. Cela devient du harcèlement. Des pensées de scuicides viennent. Suicide pas physique mais de tout laisser tomber. Ne plus répondre et partir. Tout laisser tomber. Les factures ne seront plus payer. Les poursuites, les frais de relance et puis la rue. Etre clochard et ne plus rien avoir.  Cette personne a brisé notre famille. Elle brise maintenant ma vie. Il faut absolument stopper ce cercle vicieux. Arrêter avec elle. Je lui envoi un mail. 

Aprés on verra bien ce qu'il va se passer. Impression de ne pas rentrer dans les bonnes cases de ne pas faire comme il faut comme on attend de moi que je fasse. Bref il faut jouer un rôle que tout va bien et faire de son mieux. Comment lutter contre le SPJ. C'est David contre le géant.

Un petit lien qui prouve que je ne suis pas le seul à vivre cela sauf que ce cas n'a pas un conflit avec le SPJ et son assistante social. C'est déjà dure de vivre un trouble de l'attachement mais qu'il soit additionné donc non compris par des professionnels qui sont contre les parents au motifs qu'ils veulent aider l'enfant.


chris

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot irib ?

Fil RSS des commentaires de cet article