Pour la Suisse le glyphosate serait inoffensif

Rédigé par chris - - Aucun commentaire


Le trés sérieux site d'information public RTS (Radio Télévision Suisse ) donne une information surprenante qui va à contre courant avec un angle qui pose question.

Voici l'information

Le gouvernement estime qu'il n'y a pas de raison d'interdire le glyphosate. Il fonde sa décision sur une nouvelle étude menée en Suisse, selon laquelle le pesticide serait inoffensif pour la santé.

Le Conseil fédéral a rejeté jeudi une motion des Verts, qui demandaient une interdiction de ce produit classé potentiellement cancérogène par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Lire l'article de la RTS

La Suisse est d'aprés une enquête parmis les pays les moins corrompus du monde.

Une vie d'allégresse

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
une vie d'allégresseVoici un blog que je trouve intéressant. Il est agréable à lire, bien illustré. C'est un photo blog donc rare sont les textes sans images. Je n'en ai pas trouvé. Cela change des blogs purement techniques. Il traite des sujets variés tel que l'art, la photographie, la dance sans oublier quelques sujets de société pour conduire à la réflexion.
https://uneviedallegresse.wordpress.com
 
C'est @guillemette que vous pouvez suivre sur mastodon qui en est l'auteur.
Classé dans : Non classé - Mots clés : blog

Deuxième convocation au tribunal par le SPJ

Rédigé par chris - - Aucun commentaire


Aprés le dernier réseau , le SPJ décide d'arréter. Il jette l'éponge. La demande de changement d'assistance sociale n'avait pas été entendu. Il y aura rien d'autre. Tina ne veut plus rester en foyer. Elle veut revenir à la maison. Le problème c'est que le SPJ ne l'entend pas de cette oreille. Quand un ado ne veut pas ou veut quelque chose, le SPJ généralement suit cette volonté. Donc cette séance du tribunal devait se passer comme une formalité avec officialisation d'un retour à la maison. Cette séance a été trés éprouvante. Une impression de ne pas dire les bonnes choses. Impression d'être constament accusé par la juge. Je comprends qu'elle est de mèche avec l'assistante sociale. La juge est contre nous. Elle accuse de ne pas chercher de l'aide de ne pas être assez proactif. Que signifie le mot aide ? Je ne comprends pas ce mot.

C'est là qu'on comprend tout l'incompréhension qui sépare le monde du social et nous. J'ai compris que je ne comprenais rien. Quand on me demande de quelle aide j'aurais besoin, je réponds naivement. Il faut dans un premier temps faire un diagnostique du problème et ensuite chercher l'aide pour répondre à ce besoin. Je sens que j'avais mal répondu. Mauvais point. C'est comme si je ne comprenais pas ce qu'il se passait. Un sentiment de révolte monte sentiment d'injustice et de gachis. Pourquoi tous ces gens s'acharnent contre nous ? En fait on nous reproche indirectement de façon non dite d'avoir accueillis notre propre fille à la maison. J'entends le mot tutelle ou curatelle. Je sens que je ne suis pas dans un pays libre. On a envie de pleurer mais on retient ses larmes. J'ai envie de sortir et de claquer la porte. Pas sûr que cela serait bien.

 L'Etat à un pouvoir sur nous. Si on ne marche pas comme ils veulent. Il a les moyens de nous faire rentrer dans le rang. On nous oblige à contacter un organisme qu'on ne connait pas. Le problème est qu'il y a déjà trop d'intervenant qui se passent la patate chaude . Cela va en faire un de plus. La juge insiste pour que nous contactions cet organisme. Je pensais que j'allais recevoir une invitation ou une convocation. Je ne vois pas de sens à ajouter encore une couche et un nouvel intervenant pour bien brouiller les choses mais je sens que c'est une obligation.

Je ressort de l'audience avec le sentiment d'avoir rater un examen. Ce que j'ai dit n'a pas été compris ni attendu. Mauvaises réponses. J'aurais du me taire. Je regrette d'être venu. On va me contraindre de faire quelque chose dont je ne vois pas le sens ni l'utilité. Avant l'audience j'étais neutre en pensant que cela ne peut pas faire de mal et peut aider. Mais en sortant le sentiment de révolte de d'insoumis est plus fort. Je n'irais pas. Il faudra m'y obliger par la torture. Voila le monde dans lequel on vit. On se sent pister traquer surveiller. Si on rentre dans le moule tout va bien. Si on pense différement ça ne va plus. Si on commence à réfléchir sur l'utilité de certaines choses ça va encore moins. Si on s'oppose aux décision du SPJ toute la puissance de l'état va nous broyer. Mais ce que ces dames qui savent mieux ignorent c'est que plus on me contraint de faire quelque chose que je considère inutile moins j'obéirais. Alors on verra ce qu'on risque.  Suis-je le seul insoumis de ce pays de fous ? Suis-je le seul qui réfléchis un peu ?Suis-je le seul qui n'accepte pas les décisions du SPJ ?C'est vrai il faut chercher de l'aide. Un avocat une association des victimes du SPJ...

lire plus
Quand on sort d'une réunion du SPJ ...
Le SPJ est complétement à coté de la plaque
La Suisse et la conformité

Sommes-nous prisonniers des Gafam ?

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
GAFAM

De Google à Facebook, les géants du web semblent devenus inévitables. Comment limiter leur emprise sur nos vies privées ? Les Etats et les sociétés civiles doivent-ils s'inquiéter de leur puissance, peuvent-ils les réguler ?
Qui se souviendra de Google ou Facebook en 2037 ? Dans vingt ans, ces deux sociétés auront rejoint les archives d’internet, remplacées par d’autres réseaux sociaux, encore plus puissants, encore plus modernes. A moins qu’en 2037, Google ou Facebook aient donné leur nom à une nouvelle entité politique, transnationale, encore plus puissante et encore plus moderne que les Nations Unies. On aimerait pouvoir voyager dans le futur pour savoir ce que les Gafam nous réservent. Les Gafam, outre les deux sociétés déjà citées, c’est Apple, Amazon et Microsoft. A elles cinq, leur capitalisation boursière est supérieure à la richesse de la France. Leurs patrons sont reçus comme des chefs d’Etat : ils le deviendront peut-être. Les services qu’ils ont mis en place ont profondément changé notre vie quotidienne. Outils formidables, mais outils intrusifs, d’autant plus problématiques qu’ils opèrent aujourd’hui en position ultra-dominante.

Un risque pour nos libertés ? pour la démocratie ?

‘’Sommes-nous prisonniers des Gafam ?’’
Fil RSS des articles