Promotion : la cérémonie traditionnelle de fin de scolarité

Rédigé par chris - - Aucun commentaire

En Suisse et particulièrement dans le canton de Vaud, il est une tradition qui marque la fin de la scolarité obligatoire : la promotion. Non une promotion n'est pas un mot qu'on utilise pour marquer un prix réduit ou une action commerciale dans un supermarché.

La salle est comble avec  400 à 500 personnes. Les élèves sont tous trés bien habillés. C'est une cérémonie festive pendant laquelle les élèves reçoivent leur certificats. C'est l'évènement de fin d'année. Chacun est nerveux et enthousiaste.

Si il y a bien un moment pendant lequel on peut ressentir un 'choc culturel' c'est bien pendant cette cérémonie. Déjà en France quand on reçoit un diplôme il n'y a tout simplement pas de cérémonie. Ensuite cette cérémonie est parsemée de discours d'un autre âge commençant par : "Chers élèves, chers parents, cher amis, chers conseillers chers ..." puis des phrases d'une banalités platoniques. Les discours étaient généralement écrits et lus.

La cérémonie commence par le discours du directeur de l'école, puis chaque classes passe. Le professeur principal de la classe fait un discours en félicitant les élèves. Puis chaque élèves reçoit son certificat. Et une photo est prise de la classe. Certains élèves reçoivent un prix. Tel reçoit un prix pour ses résultats excellent en math, un autre pour ses progrès et ses effort. Ces prix sont sponsorisés par des entreprises. On a l'impression d'être dans une compétition sportive parfois !!!

Aprés une pause musicale fait par des élèves, on passe à une classe suivante.

Une grosse différence culturelle que j'ai noté par rapport à la France est qu'on essaye de valoriser le positivisme. En France on essayent au contraire de valoriser l'esprit critique. La France est un pays de râleurs est on comprend pourquoi. Râler c'est avoir un esprit critique donc c'est bien. Le cliché des français faisant toujours grève vient de là.

Une autre grosse différence est qu'à 16 ans la majorité des élèves sortent du système scolaire. En France plus de 80% passent le bac et essayent de continuer des études avec plus ou moins de succes. Mais c'est normal d'entrer dans le monde du travail à 16 ans. L'apprentissage est la voie royale avec un système moitié en entreprise et moitié avec des cours donne un diplôme qui ouvre au monde du travail. Le jeune vers 18 ou 19 ans aura non seulement un diplôme CFC mais saura travailler. Il est difficile de transposer un CFC avec un diplôme français. C'est à la fois un CAP, un BEP, un Bac pro et un DUT/BTS. C'est une diplôme professionnel. Et pour ceux qui veulent continuer des études des passerelles existent pour entrer en Gymnase (lycée) et continue des études plus générales.

Participer à une promotion c'est plonger dans la culture suisse et vaudoise. Il n'y a pas de promotions dans tous les cantons suisses.  La culture suisse est française semble proches car ils partagent la même langue c' est un lien fort. Mais il y a de profondes différences qui montent à la surface. Ces différences ne sont pas visibles au premier regard. Elle sont cachées et se révèlent parfois. Parfois pas. On les ressent sans trop savoir les identifier.




Radiobus une vraie radio pédagogique

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
Radiobus est une vraie radio qu'on peut être écouter en dab+ , sur internet et sur la FM par intermitence dans le canton de Vaud en Suisse. L'objectif est de permettre aux élèves d'une école de gérer penant quelques jours une vrai radio locale. L'aboutissement est de faire 60 à 90 mn de direct par groupe de 3 à 4 élèves. 

Ecouter radiobus




Radiobus permet à des écoles de produire des émissions radio. C'est la haute école pédagogique du canton de Vaud (HEP)  en partenariat avec la direction générale de l'enseignement obligatoire du canton de Vaud qui ont mis en place ce concept. 

Radiobus c'est un canal de diffusion sur internet (radiobus.ch ), sur le dab+  et sur la FM (temporairement).

Radiobus c'est une radio mobile. Il suffit de brancher le RadioBus à une prise électrique pour que la radio locale d'établissement soit opérationnelle : dans un premier temps pour apprendre aux élèves son fonctionnement,  puis pour préparer les directs et enfin pour émettre.

Le RadioBox, petit studio radio permettant de produire des émissions de manière autonome en classe, est composé de 3 éléments : Une table de mixage, un ordinateur avec une base de donnée musicale et un logiciel de production radio et 4 micro.casques.


La réalisation d'une émission n'est pas chronophage. Une émission de 25 minutes prend 25 minutes pour sa réalisation. Il faut juste ajouter la préparation technique d'environ 10mn.  Une fois l'émission enregistrée, aucune opération de montage n'est à faire et en 3 mn le fichier est prêt pour la diffusion.


L'avantage d'utiliser la radio en tant que moyen pédagogique est multiple. C'est une expérience qui permet d'utiliser de multiples compétences (expression écrite et orale du français, technique de l'information et de la communication et selon les sujets traités des compétences diverses). On va pouvoir par exemple traiter un sujet de géographie ou de science par ce moyen. Cela demandera d'avoir à utiliser des compétences en français, informatiques etc.. L'élève sera motivé car son émission a un vrai but : la diffusion. On peut parler de pédagogie active.


plus d'information sur radiobus.ch

Documentaire : Suisse la route des lacs

Rédigé par chris - - Aucun commentaire


Les sites helvètes classés à l'Unesco : le lac Léman, la chaîne des Alpes, le lac des Quatre-Cantons.
Ce documentaire en deux parties offre un survol des sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco et des rencontres fortes avec des personnages qui incarnent la Suisse d'aujourd'hui. Le périple débute sur les bords du lac Léman et se poursuit le long de la chaîne des Alpes, en direction du lac des Quatre-Cantons. Avec notamment : le coordinateur d'un festival original organisé dans l'enceinte des bains publics des Pâquis, à Genève ; un sommelier d'origine ivoirienne qui connaît bien les vignobles en terrasses du Lavaux ; des spécialistes étudiant des vestiges préhistoriques sur les rives du lac de Neuchâtel ; un architecte installé à La Chaux-de-Fonds, centre mondial de l'horlogerie ; un maître artisan qui restaure avec patience les pierres de la cathédrale de Berne…

Encore un réseau orageux avec le SPJ

Rédigé par chris - - 3 commentaires
Quand on parle de réseau il ne faut pas comprendre le vrai sens du mot réseau mais d'un sens figuré. C'est en fait une réunion entre différents intervenants.



Je me pose la question comment ça se passe avec les autres familles. Sont-elles respectées et écoutées ? Y a-t-il un dialogue constructif ?

Les réunions avec une assistante sociale du SPJ Vaud se déroulent avec de plus en plus de tension. On pourrait penser que des professionnelles savent mener les choses. Mais c'est comme un mur. Une opposition frontale. On a le sentiment d'avoir une personne avec des super pouvoirs. Il faudrait être super gentil et poli voir hypocrite. Il y a comme une tension extrème, de l'orage. C'est comme si l'assistante sociale avait un malin plaisir à être contre nous et à nous humilier. C'est comme si on se sent surveiller et qu'il faut absolument être normalisé et entrer dans une boite.

Voila je cherche à entrer en relation avec des personnes qui ont aussi des problème avec le SPJ. Existe-t-il un lieu de partage ou un forum pour savoir comment faire et savoir se défendre. Voilà un message envoyé dans les internets. Peut être arrivera-t-il à une personne dans le même cas.

PDR Parti De Rien

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
Ce matin, 30 avril 2017 c'est jour de vote dans le canton de Vaud en Suisse.  Hier j'ai entendu qu'on parlait de rendre le vote obligatoire et de recevoir une amende si on ne vote pas.


Voter est un droit mais c'est aussi un devoir. Ce n'est cependant pas une obligation. 


Tout d'abord, je ne trouve plus le matériel de vote. Je procède par élimination puis tombe sur la dernière fiche : Guillaume Maurand PD. Mais au fait c'est quoi ce parti. Ce qui m'a attiré c'est que l'affiche était différente. Au début je pensais que c'était l'affiche d'un spectacle. Puis j'ai compris qu'il s'agissait d'un parti politique. Alors je me suis dit pourquoi pas. 


Je me présente pour offrir aux Vaudois une alternative aux partis traditionnels et remettre les préoccupations de la classe moyenne au centre du débat. Le gouvernement actuel s’est peu à peu enfermé dans sa tour d’ivoire et ne perçoit pas les inquiétudes des plus faibles, ces familles qui n’arrivent plus à tourner, ces jeunes qui peinent à entrer sur le marché du travail, ces couples confrontés à des infrastructures saturées. Cette population paupérisée risque alors de se tourner vers l’extrême droite.


EL MATADOR "PARTI DE RIEN"
Fil RSS des articles de ce mot clé