Un ancien député russe assassiné à Kiev

Rédigé par chris - - Aucun commentaire

L’ex-député russe Denis Voronenkov, réfugié en Ukraine et recherché dans son pays pour « escroquerie », a été tué par balles ce jeudi en plein centre de Kiev. Les autorités ukrainiennes accusent Moscou, qui juge leurs soupçons « absurdes ». La victime se trouvait avec son garde du corps devant l’hôtel Premier Palace, lorsqu’un « inconnu » a tiré sept ou huit fois, a rapporté le chef de la police Andreï Grichtchenko.

La police a retenu la piste d’un « assassinat commandité ». Le garde du corps et le tueur se sont mutuellement blessés dans un échange de tirs. Les deux hommes se trouvent actuellement à l’hôpital.

Réfugié avec son épouse en Ukraine depuis octobre dernier, l’homme avait pris la nationalité ukrainienne en décembre, après avoir témoigné contre Viktor Ianoukovitch, chassé du pouvoir en 2014.

Le porte-parole de Moscou a déclaré que les accusations de l’Ukraine n’étaient que des « élucubrations ». Le représentant du Kremlin a assuré « espérer que le criminel et les commanditaires soient retrouvés ».

Le choix d'Oleg film documentaire complet

Rédigé par chris - - Aucun commentaire

Film documentaire qui montre le quotidien morne et désabusé de soldats combattant en Ukraine les forces gouvernementales.

Ce n'est pas un reportage qui retrace les opérations militaires et explore les enjeux géopolitiques de la guerre du Donbass. C'est une immersion dans le quotidien morne et désabusé — entrecoupé de séquences d'adrénaline pure et d'horreur abominable — de ces hommes qui, pour la plupart, ne savent plus vraiment pour quoi ils risquent ainsi leur peau. Ce beau film doit beaucoup à son « personnage » principal, le charismatique Oleg, capable d'élans fraternels, de coups de gueule glaçants et de monologues inspirés. Le Choix d'Oleg s'ouvre dans le fracas des combats, il s'achève dans une atmosphère étrange, décousue, à l'image des sentiments confus qui tourmentent alors ces soldats perdus.

Référendum aux Pays-Bas sur l'accord avec l'Ukraine : NON

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
Encore un référendum contre l'Europe. Il y a eu celui de la constitution européenne en 2005 en France et aux Pays-Bas. Malgrés ce référendum, l'Europe a décidé de ne pas tenir compte de cet avis et a changer le nom constitution en Traité.
Il y a eu en 2015 la Grèce qui a dit NON et l'Europe et la classe au pouvoir n'a pas tenu compte de l'avis populaire.
Et maintenant aux Pays-Bas on a posé la question aux peuple qui a encore dit NON. Ce référendum n'a qu'un valeur consultative. Et on peut imaginer que les dirigeant européens ne vont pas en tenir compte comme les autres fois.

L'Europe est tout sauf démocratique. On n'a plus besoin de le prouver cela devient évident. L'avis du peuple n'est pas pris en compte.

"Il semble que les Néerlandais ont dit non à l'élite européenne et non au traité avec l'Ukraine, le début de la fin de l'UE", s'est réjoui le député d'extrême-droite Geert Wilders, qui avait activement mené campagne pour le camp du non.

Les Pays-Bas sont le dernier pays de l'UE à ne pas avoir ratifié l'accord, qui a cependant reçu le feu vert du Parlement. Le vote n'est pas contraignant mais une victoire du non peut "ouvrir la voie à une crise européenne", avait prévenu le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Par crise européenne, on peut penser qu'elle est déjà là depuis plusieurs année.

On se souvient de la révolution ukrainienne et de la réaction russe. La Russie avait procédé à un ratachement de la Crimée à la Fédération de Russie. Dans l'est de l'Ukraine la Russie soutient une rébellion séparatiste. La Russie qualifie révolution ukrainienne de coup d'état orchestré par les Etats-Unis. Pour eux les meneurs sont des nazis.
Fil RSS des articles de ce mot clé