La traque aux éventuels fraudeurs des assurances sociales


En Suisse pays de surveillance par excellence, tout le monde surveille tout le monde. Dénoncer son voisin est vu comme acte civique. Les professionnels sont tenus et obligé de signaler des risques ou enfant en danger de développement quand par exemple il y a des absences trop nombreuses.

Les personnes bénéficiant de prestations sociales sont mal vues. Ils sont à la charge de la collectivité. Si ils fraudent c'est quelque chose de socialement vraiment pas acceptable.

Alors l'administration essayent de traquer ces fraudeurs par différents moyens pour les piéger.

Le Conseil fédéral soutient un projet du Parlement qui vise à autoriser le recours à des détectives pour traquer les fraudeurs des assurances sociales.

Interview de Sébastien Fanti, avocat et préposé valaisan à la protection des données.  Ecoutez!!! C'est assez incroyable à entendre mais c'est la réalité en Suisse.



lire plus
Modestes propositions pour empécher les pauvres d'être à la charge de leur pays et de les rendre utile à l'économie de marché

La Suisse et la conformité

Comprendre un monde qui change : Internet et ses enjeux - Benjamin Bayart



Cette conférence est peut être longue tellement intéressante.Avec un langage simple qui vulgarise la technique, Benjamin Bayart  président de FDN (French Data Network) qui regroupe plusieurs fournisseurs d'acces à internet alternatifs.

Militant pour les libertés fondamentales dans la société de l'information par la neutralité du net et le logiciel libre, ses prises de positions en font une personnalité remarquée de l'Internet français.

Cette vidéo n'est pas une vidéo Youtube pour ceux qui veulent se dégougliser.

Benjamin Bayar a un compte sur Mastodon : bayartb@mastodon.xyz (accessible aussi sur gnusocial)

Pour ou contre la loi renseignement

Le peuple suisse est appelé à voter le 25 septembre 2016 sur la Loi renseignement. Le but est de mieux faire face à la menace terroriste.

Adoptée l’automne dernier par le Parlement suisse, la Loi fédérale sur le renseignement devrait permettre de mieux lutter contre le terrorisme, l’espionnage et la prolifération d’armes.

Pour parvenir à cet objectif, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) se verrait doté de nouveaux moyens. Outre des surveillances téléphoniques, il deviendrait possible de contrôler des e-mails, d’infiltrer des systèmes informatiques à l’étranger ou encore d’installer des micros.





Une loi similaire a été mise en place en France mais le peuple n'a pas été consulté.

Voilà des années que la pression visant à renforcer la surveillance préventive monte. Entre les Emails, WhatsApp et Facebook, la plupart des communications se fait aujourd’hui via le câble. Cela permet aux États de contrôler les communications privées beaucoup plus facilement que par le passé.  Les trains de données liés aux communications électroniques seront captés en continu. Le SRC peut demander au Tribunal administratif fédéral et à la Délégation pour la sécurité du Conseil fédéral l'autorisation de faire filtrer les E-mail, d'effectuer des recherches par catégories de mots-clés et de suivre les conversations téléphones via internet.

Le projet autorise le SRC de mettre ce type de mesure de surveillance préventive pour tous les trains de données qui circulent de la Suisse à l’étranger. En pratique, les données devraient être interceptées via les câbles à fibre optique qui traversent les frontières. Le projet de loi précise que seules les communications électroniques dont un des destinataires est à l’étranger seront surveillées (art. 38 § 2). En réalité, le SRC obtient ainsi le pouvoir de placer préventivement sous surveillance l’ensemble de la communication électronique puisqu’aujourd’hui, toutes les communications électroniques dépassent les frontières. Dans les faits, l’ensemble du courrier électronique passe par des opérateurs à l’étranger et même la plupart des services internet, tels que Facebook, Skype, WhatsApp ou bien Google ont leurs centrales ailleurs qu’en Suisse. Les expert-e-s en télécommunication estiment qu’il est techniquement impossible de masquer dans ce flux les communications entre deux personnes se trouvant en Suisse dans la mesure où il est impossible de définir automatiquement le lieu de l’expéditeur et du destinataire.



pdf du texte de loi renseignement

La Suisse et la conformité

Lundi 16 mai 2016 sur France 3 a été diffusé un documentaire "Au nom de l'ordre et de la Morale". 
Dans la 2e moitié du XXe siècle, la Suisse  a "rééduqué" de force des adolescents qui avaient pour seul tort de n'être pas conformes .

Pour l'auteur la Suisse , à son conformisme. La Suisse, c'est le pays du chocolat, de la tranquillité, des paysages parfaits, trop parfaits. J'ai regardé ce documentaire par hazard et cela m'a beaucoup parlé. Cela m'a aidé à comprendre la Suisse d'aujourd'hui et sa normalité et le rapport qu'elle a avec l'anticonformisme. 

La Suisse est un pays carré. Le drapeau est le seul a avoir une forme carré contrairement aux autres qui sont rectangulaires. Les interupteurs pour allumer la lunière sont carrés. Les points sur les i sont carrés et même la virgule décimale entre les francs et les centimes est un carré.


Mais la Suisse, c'est aussi le pays de la dénonciation, un pays où quand vous garez votre voiture de travers, vous êtes dénoncé, où les plus grands flics sont les citoyens.

La Suisse est la plus grande démocratie participative du monde, qui vit au rythme de trois ou quatre référendums par an, mais c'est aussi un pays de montagnes, de secrets, un pays très conformiste, où on est constamment sous le regard de ses voisins. 

C'est un pays où le citoyen a toute sa place, alors qu'en France, on a à l'inverse l'impression d'être constamment manipulé par les élites politiques. Tout ça est donc très contradictoire.

On pourrait penser que ce film c'est de l'histoire mais cela aide à comprendre comment pense les gens aujourd'hui particulièrement en lien avec le SPJ (Service de la Protection de la Jeunesse). Encore aujourd'hui le réflexe quasi automatique est l'éloignement et le foyer.