La Banque Nationale Suisse a menti

Rédigé par chris - -
Thomas Jordan le président de la BNS a menti.

Ce qu'il s'est passé hier (15 janvier 2015) n'a pas été seulement un crash boursier local, et une augmentation de la valeur du franc suisse de 20% en une heure, mais une décrédibilisation de la BNS.

En effet son président avait répété "JAMAIS LE PLANCHER NE CEDERA*.

Voila les spéculateurs ont gagné. Les marchés ont gagné. L'humain est devenu trop petit devant la machine.

Voici un article que j'ai beaucoup aimé sur le sujet. J'en copie quelques extrait. Et je vous donnerais un lien pour le lire en entier.

Le problème n’est pas tant le fait que la BNS supprime le plancher, c’est surtout la manière dont ça a été fait. Je sais bien que nos stars de la finance bernoise pensent que c’était nécessaire de prendre tout le monde par surprise, mais personnellement, je crois que c’était complètement idiot, ridicule, stupide et que ce fût une grosse connerie. Il ne faut pas me dire que de baisser le plancher de 1.2 à 1.15 pendant un mois puis de 1.15 à 1.10 pendant un autre mois, aurait changé quelque chose. Cela aurait réduit la volatilité, permis au marché des actions d’assimiler la nouvelle et de limiter la casse. Et puis surtout, venir mentir aux médias pendant des semaines en faisant les malins, c’est pathétique. Alors ooouuuuiiii, cette stratégie n’était plus tenable et le bilan de la BNS ne pouvait plus la supporter. Mais alors quoi ? La BNS est un Hedge Fund qui a une vision à court du marché ? Ah ben, la réponse est contenue dans la question…
...
dorénavant plus personne ne pourra dire que les Suisses sont xénophobes, puisque l’on vient d’augmenter les salaires de 20% pour 280’000 frontaliers.
...
Et le FT se demande : « Est-ce que l’annonce de la BNS ne pose pas un problème de crédibilité pour la Suisse ? » – la réponse est oui, mais ça ne semble ne pas poser de problème à nos stars de la finance à nous.

...
Lire l'article sur investir.ch

Téléphone OVH attention au tarif vers les mobiles

Rédigé par chris - -
Depuis quelques jours le téléphone OVH est arrivé et je peux surveiller les communications de la famille ainsi que le coût. L'avantage de ce genre de téléphone est d'avoir une ligne de téléphone supplémentaire pour 1€ par mois. Les communications fixes sont illimités sur les fixes  pour un grand nombre de pays. OVH vous prête un téléphone avec une caution de 80€ qui sera remboursé à la fin du contrat. Soyez patient, il m'a fallut 3 semaines pour le recevoir.

En Suisse on paye encore les communications locales à la minutes et les tarifs sont assez cher. Le monopole de Swisscom est encore trés présent et cela se ressent sur les prix en général. Un abonnement internet est deux à trois fois plus cher qu'en France par exemple.

Un autre avantage est de pouvoir configurer les appels entrants et sortants. On peut par exemple bloquer les mobiles. Cela peut nous éviter des surprises.

En effet je me suis rendu compte que le prix d'une communication vers un mobile était de 0.45€ soit 0.55 Fr. Autrement dit une conversation de 10mn coute 5.50Fr et si elle se poursuit pendant 30mn comme c'est le cas des ados qui n'ont pas conscience du prix et du temps passé, cela coute 16 Fr. Cela signifie que le compteur monte trés vite.

Conclusion : Avoir une ligne de téléphone OVH est une trés bonne alternative aux lignes classiques que proposent les opérateurs internet sauf si vous l'utilisez pour les mobiles. Il faut donc se discipliner d'utiliser vos mobiles pour appeler les mobiles et ce téléphone pour appeler les fixes. Il ne faudra pas oublier de bloquer ces numéros hors de prix grâce à l'interface de gestion. Les communications vers les téléphones fixes sont incluses dans 40 pays.


Suisse : Injustice fiscale

Rédigé par chris - -
Les propriétaires pauvres ne sont pas les bienvenus en Suisse .


Comme dans la plupart des pays, les impôts sur le revenu se veulent redistributifs. Théoriquement plus une personne a des revenus élevés, plus elle devrait payer d'impôts. Cela est tout à fait accepté et compris. En France ce système est poussé à l'extréme. Une grande partie de la population avec un revenu très faible ne va plus payer d'impôts. En Suisse par contre, le fait de payer l'impôt se veut un acte de participation. Les revenus faibles vont payer des impôts modestement. On se sentira participant de l'effort commun. On sait que si la collectivité est bien gérée on payera de façon plus volontaire les impôts.

Maintenant il y a deux facteurs d'injustice. Cela concerne le propriétaire qui habite dans son propre logement. Le propriétaire devra ajouter à ses revenus une valeur locative. Autrement dit il va payer un impôt sur un revenu fictif. Si ce propriétaire a un revenu trés faible comme par exemple un retraité, sa part d'impôt va être très élevé. Il pourra ainsi théoriquement payer plus d'impôt que son revenu. Il faudra alors qu'il vende son propre logement.

Outre la valeur locative, en Suisse il faudra ajouter l'impôt sur la fortune. Si en France l'impôt sur la fortune signifie être riche ce mot n'a pas la même signification en Suisse. En effet la fortune est constitué des comptes bancaires mais aussi de la valeur des biens immobiliers. On pourra y diminuer les dettes. Cet impôt sur la fortune est progressif et très faible pour les montants modestes. Voici par exemple pour le canton de Vaud les barèmes.  0.5% pour 50 000Fr , 0.8% pour 100 000Fr, 1.37% pour 200 000Fr, 1.37% pour 300 000Fr, 2.03% pour 400 000Fr , 2..24% pour 500 000fr etc... Ce système décourage fortement le remboursement des hypothèques. Pourquoi simplement car actuellement les taux d'intérêt hypothécaires sont inférieurs à l'impôt sur la fortune.  Actuellement par exemple à Postfinance, le taux fixe sur un emprunt à 5 ans est de 1.1% et sur 10 ans il est de 1.6%. Ma conclusion, si vous rembourser plus de 100 000Fr et que vous avez une hypothèque sur 5 ans vous payerez plus d'impôts que d'intérêts. Avec ces deux chiffres vous pouvez comprendre que rembourser son emprunt à la banque va couter plus cher. Les banques proposent donc des crédit non remboursables. Elle vont recevoir des intérêts à vie. Ce système d'impôt favorise les banques au détriments des petits propriétaires. 

Ma conclusion : l'impôt sur la valeur locative et sur la fortune sont deux impôts injustes. Ce sont des impôts sur un revenu fictif et une fortune fictive. La valeur locative n'est pas un vrai revenu. C'est la valeur estimé du loyer que le propriétaire devrait se payer à lui même. Le remboursement d'une hypothèque n'est pas une fortune. Le bien immobilier ne constitue pas une fortune tant qu'il n'est pas vendu. Il a juste pour fonction de loger et protéger du froid. Le propriétaire va payer un impôt sur une fortune qu'il n'a pas. 

En Suisse il ne fait pas bon être pauvre propriétaire mais il vaut mieux être riche étranger
Fil RSS des articles de ce mot clé