Le mouvement nuit debout est il comme le delta de l'Okavango

Depuis le 32 mars 2016 le mouvement NuitDebout prend de l'ampleur et fait parler de lui. Certain n'aime pas ce mouvement et le décrédibilise en mettant en valeur leurs points faibles et leurs failles. Il peut y avoir des débordements ou des dégradations. Mais globalement ce mouvement est vu avec un oeil sympatique.

Delta de l'Okavango vue du ciel

Avec le rejet de la classe politique on a l'impression que ce mouvement est un vent nouveau. Ce serait un espoir pour beaucoup, une révolution.

Ce mouvement ressemble beaucoup au mouvement des indignés en Espagne ou Ocupy aux Etats-Unis. L'idée est de se diriger vers une démocratie participative.

C'est bien de discuter, débattre, s'écouter. Mais qui détient les vrais pouvoirs ? Ce mouvement peut-il vraiment changer quelque chose ? 

NuitDebout pourrait ressembler au delta de l'Okavango. Un fleuve qui ne se jette pas dans la mer. L'eau disparait dans le sable d'un désert, elle s'évapore et disparait.

On constate effectivement que ces dernières années les politiques ne peuvent plus changer les choses, ils ne décident plus. Ils deviennent de simple gestionnaires. Il faut baisser les dépenses, augmenter les impôts, rembourser la dette. Les marges de manoeuvres sont devenus tellement étroites qu'il devient impossible de changer quoi que ce soit. En plus la démocratie ne fonctionne plus. La population n'a plus l'impression qu'on la représente et qu'on travaille à son bien.

En fait l'Union Européenne avance. C'est elle qui décide. Si les pays ne sont pas content c'est le même prix, ils doivent obéir et avancer. Ils ont le droit de râler mais au final, rien ne change.