Discours d'investiture de Trump : The time of empty talk is over.

Rédigé par chris - - Aucun commentaire


Le 20 Janvier 2017 a eu lieu l'investiture du 45ieme président des Etats-Unis d'Amérique Donal Trump.

Cet homme a beaucoup été critiqué durant sa campagne surtout par les médias européens et particulièrement français. Seuls les points négatifs étaient mis en avant alors que le reste passait souvent sous silence.

J'ai entendu ce discours à la radio alors que je rentrais du travail. Normalement je n'aime pas les discours politiques, je les trouve creux. C'est de la langue de bois. Cela sonne souvent faux. Mais pour une des rares fois, j'ai été ému par ces paroles pleine de sagesse, d'énergie et de volontarisme. Un discours protectioniste. Oui le protectionisme est de retour même si il n'est pas encore majoritaire.

En voici quelques extraits :
De grands défis attendent l'Amérique mais le pays va faire face. Ce jour n'est pas seulement une passation de pouvoir d'un président à un autre et même d'un parti à un autre mais une passation de pouvoir d'une élite vers le peuple. 

La classe politique a prospéré mais le peuple non, les emplois n'ont pas suivis. Ce qui compte c'est que le gouvernement travaille pour le peuple américain. La nation doit servir ses citoyens et non l'inverse. Trop nombreux sont ceux qui n'arrivent pas à survivre alors que les élites s'enrichissent.

Nous sommes une nation. Nous avons un coeur en commun. Je vais servir tous les américains. Pendant longtemps nous avons dépensé des millions et des milliards pour les autres pays alors que les infrastructures de notre pays devenaient de plus en plus vieille et avait besoin de rénovation.

A partir d'aujourd'hui ce sera l'Amérique d'abord. Toutes les décisions seront prises en tenant compte de cela au service des américains. La protection conduira à la prospérité. L'Amérique sera gagnante à nouveau. Nous ramènerons l'emploi, rétablirons nos frontière et le rêve américain. Nous construirons des ponts, des tunnels et d'autres infrastructures avec une main d'oeuvre américaine.

Nous rechercherons l'amitié avec les autres peuples. Nous n'imposeront pas notre mode de vie aux autres mais nous serons juste une exemples pour les autres nations. Nous brillerons par cet exemple. Nous anéantirons le terrorisme islamiste de la surface de la terre.

La Bible dit qu'il est bon de voir le peuple de Dieu vivre en harmonie. Il faut donc rechercher la solidarité. Quand l'Amérique s'unit personne ne peut l'arrêter. N'ayez pas peur, nous serons protégé par notre armé, par notre police mais surtout par Dieu.

Il faut penser grand et rêver encore plus grand. Nous n'accepterons pas une classe politique qui parle et ne fait rien. Le temps des paroles creuses est fini. The time of empty talk is over. Il est temps de passer à l'action. Ne laissez personne vous dire c'est trop dur, aucun défi ne peut être surmonter par la volonté américaine. Notre pays prospérera à nouveau. Quelque soit la couleur de notre peau nous avons tous le même sang rouge. Nous jouissons tous des mêmes libertés et nous saluons tous le même drapeau. Vos voix, vos rêves définirons notre destinée. Ensemble nous ferons l'Amérique à nouveau forte. Nous rendrons la richesse à l'Amérique, sa fièrete et sa sécurité.

Le jour ou j'ai changé mon avis sur Trump

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
C'était deux jours avant les élections. Je pensais que des deux candidats américains Clinton était la moins pire. Que beaucoup de gens allaient voter pour elle car Trump était un peu trop provocateur.

Ce jour la j'ai regardé les infos sur une télé française qui parlait des élections américaines. C'était TF1 je crois. J'ai simplement observé le temps consacré à ce sujet et la durée pour Clinton et pour Trump ainsi que si c'était un point positif ou négatif. Pour une durée total d'environ 5 mn, 4:45 était consacré à la campagne de Clinton et 15 secondes pour Trump. 

Ce jour la j'ai réalisé que le traitement de l'information n'était pas équilibré. De plus j'ai réalisé que les informations sur Trump était plutôt négatives. On disait qu'il était raciste, que c'était un fou, un sexiste etc... Par contre Clinton était souvent présentée sous des cotés positifs. A force cela devenait de la propagande. Pourquoi les médias n'étaient pas neutres ? Ne devaient-ils pas nous informer en toute neutralité ?  Et puis ces élections ce n'étaient pas les nôtres.

Et pourquoi autant d'américains pourraient voter pour un fou comme cela. Est-ce que cet homme était vraiment celui qu'on nous présentait ?

Trump est un candidat qui n'est pas issu du système. Il veut protéger les américains de la mondialisation . C'est un protectionniste . Aujourd'hui le combat n'est plus droite contre gauche mais mondialiste contre localiste. Les mondialiste est une théorie libérale qui pense que la planète est un grand marché et que le marché résoudra tous les problèmes. Les localistes (c'est mois qui invente ce mot car il n'existe pas encore) sont plutôt protectionistes. Ils protègent les emplois et privilègient la production locale. Il y a un certain niveau d'ouverture des frontière mais pas à 100% selon les difficultés de certains secteurs. Cette idées est à contre courrant de la majorité des politiciens et journalistes. Mais en Europe ou aux USA la globalisation rends plus pauvres et permet à une minorité de s'enrichir.

La propagande médiatique avec un esprit réactionnaire et un candidat qui ose être protectioniste ont été les déclencheurs qui m'ont fait changer d'avis. 

La mort de l'agriculture en France

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
Lentement mais surement l'agriculture meurt en France. L'ouverture des frontières, la politique européenne, la mondialisation les marchés et peut être d'autres facteurs conduisent les agriculteurs à travailler à perte. Trop endetté, trop de charges, prix trop faible. Les agriculteurs travaillent par passion. Il ont des charges plus importantes que leur revenus.

Alors quand on leur promet des reports de charges comme aide, voici leurs réactions.




C'est l'état d'urgence pour l'élevage!", a lancé l'un d'eux. "Bon à rien", "on n'est pas des migrants", "connard", "fumier" et autres insultes ont fusé tandis que le président progressait au milieu d'une haie hostile d'éleveurs.

Le président, accompagné du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, n'a pas interrompu pour autant sa visite.


Report de charges cela veut dire que demain il faudra payer plus. C'est une mort pour demain.

Pourtant l'alimentation est le besoin vital. On ne peut pas vivre sans manger. Comment vivrons nous quand tous les agriculteurs seront morts ?

D'après le journal Sud Ouest, Intermarché voudrait acheter plus cher aux agriculteurs français mais l'Europe s'y oppose. Lisez pourquoi.

On peut comprendre pourquoi l'UPR progresse et l'Europe n'est plus aimée. 

Il serait temps de changer de système et de mettre des taxes sur les produits venant
de loin et de détaxer les produits locaux. Il serait temps de diminuer les charges sur le travail qui tuent les entreprises et décourage le travail. Il serait temps de changer d'idéologie et de dire que la mondialisation ce n'est pas la seule voix. Le protectionisme peut aussi protéger les agriculteurs. Mais cela on ne l'entend pas beaucoup à part des partis extrèmistes.

Europe : du rève au cauchemar

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
La création de l'Union Européenne est un rève.

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, certains ont révé d'une Europe libre paisible et prospère. Ce rève s'est réaliser avec la création de l'Union Européenne
1951 : la communauté européenne du charbon et de l'acier est le début de l'Union avec 6 pays fondateurs
1957 : Communauté Economique Européenne CEE, le marché commun est né avec la libre circulation des personnes. De nouveaux pays se joignent progressivement.
1992 Union Européenne. Avec un marché unique avec le lancement de la monnaie Euro.
2002 l'Euro se concrétise avec l'usage réel.

Les frontières tombent, un grand pays est né. 

Pourtant la réalité n'est pas si rose. L'Union Européenne est complexe. Entre la commission, le parlement et le conseil, on ne comprend pas bien qui fait quoi. Des directives arrivent et doivent être appliqués par les gouvernement. On ne comprends pas trop comment diriger ce navire. On nous présente l'Europe comme la protection face à la mondialisation mais les produits extérieurs arrivent et concurence directement les industries locales. Evidement les salaires, les charges et les normes de ces produits ne sont pas les mêmes. Résultat de nombreuses entreprises ne peuvent pas lutter et ferment. Le chômage augmente. Les dettes augmentent. On accuse l'Europe mais les politiques continue le même discours en disant que l'Europe va conduire à la croissance donc à la prospérité et au plein emploi.

Le problème de l'Europe est son incapacité à évoluer. Devant un grand nombre de nations différentes, il est impossible de contenter tout le monde.

Les nations européennes ont perdus leur indépendances en adoptant l'euro. Leurs dettes augmentent et la politique d'austérité a pour résultat un apauvrissement générale et une augmentation des inégalités.

2005 : Le vote pour la constitution européenne refusé par le peuple français fut un déclencheur. Le vrai visage de l'Europe allait se montrer. Un tour de passe passe et le même texte a été adopté avec de léger changement mais sans vote populaire. Sarkozy a été à l'oeuvre en imposant un traité contre l'avis du peuple.

L'Union Européenne devient de plus en plus antidémocratique.

Actuellement le visage dictatoriale ne se cache plus. L'Europe est devenu un cauchemar pour la Grèce. Après des années d'austérité qui a conduit l'économie au fond avec une crise humanitaire sans précédant, ce pays a été obligé de continuer sur la même voie malgrés un référendum stipulant le contraire.


Actuellement la Grèce en est le révélateur mais que va-t-il se passer demain en France. Diminution des salaires, diminution des retraites et prestations sociales, précarités, privatisations des biens publiques. Les politiques ont perdus leur pouvoir. Il est étonnant de voir que beaucoup pensent encore qu'un président ou un parti peu changer quelque chose. En fait quelque soit le parti politique, la conduite à tenir est la même : obéir aux règles de Bruxelles. Les nations ont perdus leur souverainetés et la démocratie est morte.

L'Europe est devenu un cauchemar
Fil RSS des articles de ce mot clé