Interdiction de la mendicité dans le canton de Vaud

Vaud interdit la mendicité. Le Grand Conseil vaudois a voté mardi de justesse une initiative UDC qui réclame une interdiction sur tout le territoire cantonal. Le texte prend force de loi. Il ne devrait pas y avoir de votation populaire.


Lire l'article du 24heures

Désormais, chaque mendiant écopera d’une amende de 50 à 100 francs. Les policiers pourront confisquer immédiatement l’argent récolté par les mendiants, à titre d’avance sur amende. Si quelqu’un envoie mendier des enfants ou des personnes dépendantes, ou organise un réseau de mendicité, il sera puni d’une amende de 500 à 2000 francs. Dans son contre-projet, le Conseil d’Etat prévoyait 10 000 francs contre ceux qui envoient mendier des enfants et soulignait que l’interdiction générale décidée à Genève est un échec.

On peut se poser la question sur l'utilité de donner une amende à un mendiant qui par définition n'a pas d'amende. Comment va-t-il payer son amende ? Va-t-il mendier pour pouvoir rembourser cette amende.

A genève la mendicité est interdite depuis 2008, les amendes contre les mandiants n'ont pas réussit à faire résoudre le problème. Lire l'article.
Dans ce canton l'amende est de 100Frs plus 100Frs de frais divers soit 200Frs de punition.

Les amendes non payées sont susceptibles d’entraîner de la prison. Le 4 avril 2014, la Chambre d’appel et de révision de la Cour de justice a condamné une cliente de l’avocate à 500 francs d’amende pour mendicité, ou 5 jours de prison en cas de non-payement, ceci après avoir réduit des milliers de francs de contraventions à cette somme. Interpellée en mars de cette année, cette femme a alors été écrouée, indique l’ancienne présidente de Mesemrom.

On peut mieux comprendre pourquoi les prisons suisses sont pleines.


La loi Via Sicura : la conduite en voiture puni plus sévèrement que la drogue en Suisse

Faire de la prison juste pour une faute d'inatention en voiture.

100 km/h dans un village, 140 sur une route ou 200 sur l'autoroute, désormais les chauffards risquent de passer directement à la case prison. Car depuis 2013 et l'application de la nouvelle loi « Via Sicura » une accélération de trop, une faute d'inattention font de vous un criminel et sont sévèrement réprimés. Trop sévèrement ? Même d'éminents acteurs de la justice ne cachent pas leur embarras, face à une loi qui désormais sanctionne plus durement un gros écart de conduite que le trafic de drogue.

Un accident = 4 jours de prison

Dimanche matin M. va à l'hopital visiter sa fille. La veille elle avait fait un malaise et a été emené à l'hopital par ambulance (facture 900Fr) que sa copine a appelé. Le même jour elle a pris le train et a reçue une amende (100Fr) dans le train car elle n'a pas pu acheter un billet. En effet elle ne pouvait pas parler et était dans un état semi comateux.

Ce jour la en se rendant à de l'hopital, pour une raison inconnue, M.  glisse en sortant de l'autoroute et heurte un poteau. Cet accident rend la voiture horst d'usage mais aucun autre véhicule n'a été impacté. Il n'y a eu aucun blessé mais seulement des dégats matériel. La facture d'enlèvement de la voiture a àtà de 800Fr.

Octobre 2015 réception d'une lettre ordonnance pénnale qu'à cause de cet accident, il va avoir 4 jours de prison et retrait de permis de conduire. On peut comprendre pourquoi les prisons sont pleines. Parfois on se dit que la Suisse n'est pas le pays de rêve qu'on veut bien nous montrer.