Une majorité de francais veulent un référendum sur le #frexit

Selon un sondage 53% des français voudrait qu'un référendum sur la sortie de l'Union Européenne soit organisé.




La France pays fondateur de l'Europe avec 5 autres pays est maintenant le pays qui est le plus eurosceptique de l'union.

Il faut dire que la crise des réfugiés avec la crise économique ne donne pas une bonne image de l'Europe. On a l'impression que l'Europe est antidémocratique, qu'elle impose des directives que les gouvernement mettre en oeuvre.

La loi travail en France est l'exemple type. Des réformes que Bruxelle demande à la France afin de réformer ce pays. Ainsi les gouvernements de droite comme de gauche serait obligés de mettre en place ces réformes de grés ou de force. Ainsi l'alongement de l'âge du départ à la retraite, les diminutions de prestations sociales et autres acquis sociaux seraient des feuilles de routes que les gouvernements devraient mettre en place afain d'améliorer la compétitivités des entreprises.

Bref l'idée britanique de sortir de l'Europe commence à donner des idées à d'autres pays.

Certains partis politiques ont pour principal programme la sortie de l'Europe. C'est le cas de l'UPR . Selon lui l'Union ne peut pas changer et la seule issu est de reprendre la souveraineté en sortant de l'Europe et donc de l'EURO.

Il faut espérer que ce référendum ne suivra pas l'exemple du référendum de 2005.

Autres articles sur l'Europe

Déflation et taux négatifs

En ce moment l'écomie mondiale est proche d'un gouffre ou d'une explosion. Les rouages de l'économie ne tournent plus dans le bon sens. Les choses fonctionnent à l'envers.


Normalement quand nous déposons notre argent à la banque nous recevons des intérêts. C'est fini. Aujourd'hui les banques nous prennent des frais. Quand nous empruntons de l'argent, nous paye des intérêts.

Avec les taux d'intérêts négatifs, celui qui emprunte rembourse moins que ce qu'il a emprunter. C'est le bon coté. Par contre les organismes chargés de collecter des fonds (par exemples les caisses de retraites par capitalisation) doivent payer pour placer leur argent quelque part.

Pour l'instant les taux d'intérêts négatifs sont limités aux banques centrales pour les banques. Mais les banques répercutent cela ou vont le faire.

Normalement il devrait avoir de l'inflation et une surchauffe économique. Les crédits devraient stimuler les investissements et l'économie. Mais l'économie stagne. Les prix baissent.

Que se passe-t-il ? Et les théories économiques de l'offre et de la demande ? En fait il n'y a plus de confiance. Toute l'économie repose sur la confiance. Les banques ne se font pas confiances entre elles. Les banques ne font plus confiance dans les entreprise ni dans les ménages. Elle ont beaucoup d'argent mais elle ne l'injectent pas dans l'économie réelle.

On ne sait pas où vont les choses. Mais ce qu'on sait et les économistes sont d'accord c'est qu'on va vers quelque part où on a jamais été. Explosion, gouffre, crises systémique on ne sait pas. Pour l'instant la déflation c'est : notre argent gagne en valeur donc on devient plus riche mais nos salaires ? Si il n'y a plus de travail ?

Le nombre de pays adoptant des taux d’intérêt négatifs s’accroît. Après la Suisse, le Danemark et la Suède, le Japon a rejoint le club. Tous unis dans leur volonté de lutter contre la déflation. 


Europe : du rève au cauchemar

La création de l'Union Européenne est un rève.

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, certains ont révé d'une Europe libre paisible et prospère. Ce rève s'est réaliser avec la création de l'Union Européenne
1951 : la communauté européenne du charbon et de l'acier est le début de l'Union avec 6 pays fondateurs
1957 : Communauté Economique Européenne CEE, le marché commun est né avec la libre circulation des personnes. De nouveaux pays se joignent progressivement.
1992 Union Européenne. Avec un marché unique avec le lancement de la monnaie Euro.
2002 l'Euro se concrétise avec l'usage réel.

Les frontières tombent, un grand pays est né. 

Pourtant la réalité n'est pas si rose. L'Union Européenne est complexe. Entre la commission, le parlement et le conseil, on ne comprend pas bien qui fait quoi. Des directives arrivent et doivent être appliqués par les gouvernement. On ne comprends pas trop comment diriger ce navire. On nous présente l'Europe comme la protection face à la mondialisation mais les produits extérieurs arrivent et concurence directement les industries locales. Evidement les salaires, les charges et les normes de ces produits ne sont pas les mêmes. Résultat de nombreuses entreprises ne peuvent pas lutter et ferment. Le chômage augmente. Les dettes augmentent. On accuse l'Europe mais les politiques continue le même discours en disant que l'Europe va conduire à la croissance donc à la prospérité et au plein emploi.

Le problème de l'Europe est son incapacité à évoluer. Devant un grand nombre de nations différentes, il est impossible de contenter tout le monde.

Les nations européennes ont perdus leur indépendances en adoptant l'euro. Leurs dettes augmentent et la politique d'austérité a pour résultat un apauvrissement générale et une augmentation des inégalités.

2005 : Le vote pour la constitution européenne refusé par le peuple français fut un déclencheur. Le vrai visage de l'Europe allait se montrer. Un tour de passe passe et le même texte a été adopté avec de léger changement mais sans vote populaire. Sarkozy a été à l'oeuvre en imposant un traité contre l'avis du peuple.

L'Union Européenne devient de plus en plus antidémocratique.

Actuellement le visage dictatoriale ne se cache plus. L'Europe est devenu un cauchemar pour la Grèce. Après des années d'austérité qui a conduit l'économie au fond avec une crise humanitaire sans précédant, ce pays a été obligé de continuer sur la même voie malgrés un référendum stipulant le contraire.


Actuellement la Grèce en est le révélateur mais que va-t-il se passer demain en France. Diminution des salaires, diminution des retraites et prestations sociales, précarités, privatisations des biens publiques. Les politiques ont perdus leur pouvoir. Il est étonnant de voir que beaucoup pensent encore qu'un président ou un parti peu changer quelque chose. En fait quelque soit le parti politique, la conduite à tenir est la même : obéir aux règles de Bruxelles. Les nations ont perdus leur souverainetés et la démocratie est morte.

L'Europe est devenu un cauchemar

Les lithuaniens sont contre l'entrée de l'euro pour leur pays

Selon un sondage 57% des lithuaniens pensent que l'introduction de l'euro sans faire un référendum est une mauvaise chose.

Selon ce même sondage, 49% n'approuve la décision de leur gouvernement d'entrer dans l'euro. Seul 26% approuve l'euro.

Ces informations nous enseignent plusieurs choses : La Lithuanie est entré dans la zone euro sans demander au peuple son avis. L'Europe avance que contre l'avis des peuple. Cela conforte l'idée que l'Europe est anti.démocratique.

Souvenez vous le référendum en france au sujet de la constitution européenne. La décision du peuple n'a pas été pris en compte. On ne peut pas dire que changer le mot constitution par traité satistait la volonté populaire. Le président Sarkozy a fait passer par le parlement ce que le peuple avait refusé.

L'Europe n'aime pas la démocratie. A croire qu'elle a peur du peuple. Mais l'inverse est peut être aussi vrai.