Selon Xi Jimping la mondialisation est irréversible

Après avoir assisté à un mouvement en faveur de la mondialisation  depuis les années 1970, nous assistons depuis peu un retour du protectionnisme,



La mondialisation est l'idée selon laquelle, le monde est un grand pays et qu'il ne faut pas freiner les échanges commerciaux entre les nations. L'économie s'en trouverait plus forte. Les entreprises peu compétitives vont ainsi être obligés d'améliorer leur productivité pour faire face à plus de concurrence et ainsi tout le monde devrait en sortir gagnant.

Mais les crises sont passés par là, le chômage, la pauvreté et les pertes de souverainetés des peuples et mêmes des gouvernements poussent dans une direction qui est celle du protectionisme. Pour les économistes, c'est un gros mot. Ils sont presque tous d'accord pour dire que le protectionisme est le mal absolu et que ce serait la grosse catastrophe à éviter. Selon eux c'est le protectionisme qui ont conduit la crise de 1929 à devenir une crise systémique majeure. Les 'populismes' montent en Europe. La Grande Bretagne à choisi de sortir de l'Union Européenne et Trump est devenu le président des Etats Unis d'Amérique avec pour politique de remettre son pays en premier et de le protéger face à la mondialisation.

Dans ce contexte le président de la Chine  Xi Jimping est à Davos en Suisse. Selon luie libre-échange et la mondialisation étaient arrivés aujourd'hui à un stade irréversible, rendant un retour au protectionnisme inimaginable. "Toute tentative de stopper les échanges de capitaux, technologies et produits entre pays (...) est impossible et à rebours de l'histoire", a-t-il martelé, envoyant un message implicite au futur président américain Donald Trump.

C'est vrai que la Chine a été le pays qui a le plus gagné de la mondialisation ces dernières années et l'Europe a le plus perdu. Les pays anciennement riches qui ont de lourdes réglementations, de grosses charges et des salaires élevés ont beaucoup de difficultés à lutter contre les pays avec peu de protection social, peu de norme écologique et des salaires faible. Combien de temps vont continuer la désindustrialisation et les délocalisations ?

Cet homme vient d'annoncer 3000 licenciements

Dans un climat tendu sur fond d'appel à la grève de quatre syndicats, plusieurs centaines de salariés ont interrompu dans la matinée une réunion au cours de laquelle la direction avait commencé de dévoiler son projet de restructuration aux partenaires sociaux.chemise air franceLes salariés en colère ont été par la suite vivement critiqué par les média et le gouvernement. A l'heure de la mondialisation il est normal de licencier, de travailler toujours plus et de baisser les salaires. L'Europe impose une dérèglementation généralisé. Les gouvernement ont pour tâche de mettre cela en exécution. Les peuples perdent ainsi leur souveraineté. Lamondialisation avance.

Europe : du rève au cauchemar

La création de l'Union Européenne est un rève.

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, certains ont révé d'une Europe libre paisible et prospère. Ce rève s'est réaliser avec la création de l'Union Européenne
1951 : la communauté européenne du charbon et de l'acier est le début de l'Union avec 6 pays fondateurs
1957 : Communauté Economique Européenne CEE, le marché commun est né avec la libre circulation des personnes. De nouveaux pays se joignent progressivement.
1992 Union Européenne. Avec un marché unique avec le lancement de la monnaie Euro.
2002 l'Euro se concrétise avec l'usage réel.

Les frontières tombent, un grand pays est né. 

Pourtant la réalité n'est pas si rose. L'Union Européenne est complexe. Entre la commission, le parlement et le conseil, on ne comprend pas bien qui fait quoi. Des directives arrivent et doivent être appliqués par les gouvernement. On ne comprends pas trop comment diriger ce navire. On nous présente l'Europe comme la protection face à la mondialisation mais les produits extérieurs arrivent et concurence directement les industries locales. Evidement les salaires, les charges et les normes de ces produits ne sont pas les mêmes. Résultat de nombreuses entreprises ne peuvent pas lutter et ferment. Le chômage augmente. Les dettes augmentent. On accuse l'Europe mais les politiques continue le même discours en disant que l'Europe va conduire à la croissance donc à la prospérité et au plein emploi.

Le problème de l'Europe est son incapacité à évoluer. Devant un grand nombre de nations différentes, il est impossible de contenter tout le monde.

Les nations européennes ont perdus leur indépendances en adoptant l'euro. Leurs dettes augmentent et la politique d'austérité a pour résultat un apauvrissement générale et une augmentation des inégalités.

2005 : Le vote pour la constitution européenne refusé par le peuple français fut un déclencheur. Le vrai visage de l'Europe allait se montrer. Un tour de passe passe et le même texte a été adopté avec de léger changement mais sans vote populaire. Sarkozy a été à l'oeuvre en imposant un traité contre l'avis du peuple.

L'Union Européenne devient de plus en plus antidémocratique.

Actuellement le visage dictatoriale ne se cache plus. L'Europe est devenu un cauchemar pour la Grèce. Après des années d'austérité qui a conduit l'économie au fond avec une crise humanitaire sans précédant, ce pays a été obligé de continuer sur la même voie malgrés un référendum stipulant le contraire.


Actuellement la Grèce en est le révélateur mais que va-t-il se passer demain en France. Diminution des salaires, diminution des retraites et prestations sociales, précarités, privatisations des biens publiques. Les politiques ont perdus leur pouvoir. Il est étonnant de voir que beaucoup pensent encore qu'un président ou un parti peu changer quelque chose. En fait quelque soit le parti politique, la conduite à tenir est la même : obéir aux règles de Bruxelles. Les nations ont perdus leur souverainetés et la démocratie est morte.

L'Europe est devenu un cauchemar