Selon Xi Jimping la mondialisation est irréversible

Après avoir assisté à un mouvement en faveur de la mondialisation  depuis les années 1970, nous assistons depuis peu un retour du protectionnisme,



La mondialisation est l'idée selon laquelle, le monde est un grand pays et qu'il ne faut pas freiner les échanges commerciaux entre les nations. L'économie s'en trouverait plus forte. Les entreprises peu compétitives vont ainsi être obligés d'améliorer leur productivité pour faire face à plus de concurrence et ainsi tout le monde devrait en sortir gagnant.

Mais les crises sont passés par là, le chômage, la pauvreté et les pertes de souverainetés des peuples et mêmes des gouvernements poussent dans une direction qui est celle du protectionisme. Pour les économistes, c'est un gros mot. Ils sont presque tous d'accord pour dire que le protectionisme est le mal absolu et que ce serait la grosse catastrophe à éviter. Selon eux c'est le protectionisme qui ont conduit la crise de 1929 à devenir une crise systémique majeure. Les 'populismes' montent en Europe. La Grande Bretagne à choisi de sortir de l'Union Européenne et Trump est devenu le président des Etats Unis d'Amérique avec pour politique de remettre son pays en premier et de le protéger face à la mondialisation.

Dans ce contexte le président de la Chine  Xi Jimping est à Davos en Suisse. Selon luie libre-échange et la mondialisation étaient arrivés aujourd'hui à un stade irréversible, rendant un retour au protectionnisme inimaginable. "Toute tentative de stopper les échanges de capitaux, technologies et produits entre pays (...) est impossible et à rebours de l'histoire", a-t-il martelé, envoyant un message implicite au futur président américain Donald Trump.

C'est vrai que la Chine a été le pays qui a le plus gagné de la mondialisation ces dernières années et l'Europe a le plus perdu. Les pays anciennement riches qui ont de lourdes réglementations, de grosses charges et des salaires élevés ont beaucoup de difficultés à lutter contre les pays avec peu de protection social, peu de norme écologique et des salaires faible. Combien de temps vont continuer la désindustrialisation et les délocalisations ?