Les Suisses aiment leurs banques mais les banques n'aiment pas les Suisses de l'étrangers.

Le 10 Juin les suisses ont voté massivement contre l'initiative Monnaie pleine. Les banques vont continuer à gagner beaucoup d'argent et à préter de l'argent qu'elles n'ont pas.


Si vous habitez autre pays que la Suisse et que vous êtes suisse, vous pourrez constater que les frais bancaires sont quelque peu exhorbitant. Par exemple environ 500Fr par an pour un compte UBS.


Bref si vous avez un compte dormant avec un sommes d'argent que vous déposez et que vous utiliserez à votre retour ou pendant vos visites, celui ci va s'épuiser assez vite si vous le laisser ouvert.

Conclusion les Banques n'aiment pas les suisses vivant à l'étranger.

L'exemple de l'Islande

On connaissait déjà l'Islande pour l'annulation de la dette voté par référendum par le peuple. C'est les pays européens qui rèvent d'un tel niveau de démocratie.
Frosti Sigurjonsson. cet entrepreneur et économiste avait déjà été l'un des artisans du processus d'annulation de la dette immobilière des ménages lance une proposition.D'après une étude de quatre économistes de la banque centrale, le pays en a connu depuis 1875 plus de 20 crises graves environ tous les 15 ans

Pour M. Sigurjonsson, le problème vient de l'emballement du crédit chaque fois que l'économie accélère. La Banque centrale d'Islande n'arrive pas à l'endiguer et il dégénère en inflation, prise de risque exagérée et spéculation, menace de faillites bancaires et interventions étatiques coûteuses.

En Islande comme dans toutes les économies de marché modernes, la banque centrale contrôle la création de monnaie en pièces et billets, mais pas toute la création de monnaie, qui intervient dès qu'une banque commerciale accorde un crédit. Elle ne peut que tenter de l'influencer par ses outils de politique monétaire.

La proposition est de mettre fin au privilège concédé à des acteurs privés, en faveur d'une architecture dirigiste appelée "système de monnaie souveraine".

La banque centrale déterminerait le rythme de la création monétaire en fonction des besoins perçus de l'économie."Le pouvoir de créer la monnaie est maintenu séparé de celui de décider comment cette monnaie nouvelle est utilisée", a souligné M. Sigurjonsson. Et "comme pour le budget de l'État, le Parlement débattra de la proposition du gouvernement pour l'allocation de la nouvelle monnaie".