Discours d'investiture de Trump : The time of empty talk is over.

Rédigé par chris - - Aucun commentaire


Le 20 Janvier 2017 a eu lieu l'investiture du 45ieme président des Etats-Unis d'Amérique Donal Trump.

Cet homme a beaucoup été critiqué durant sa campagne surtout par les médias européens et particulièrement français. Seuls les points négatifs étaient mis en avant alors que le reste passait souvent sous silence.

J'ai entendu ce discours à la radio alors que je rentrais du travail. Normalement je n'aime pas les discours politiques, je les trouve creux. C'est de la langue de bois. Cela sonne souvent faux. Mais pour une des rares fois, j'ai été ému par ces paroles pleine de sagesse, d'énergie et de volontarisme. Un discours protectioniste. Oui le protectionisme est de retour même si il n'est pas encore majoritaire.

En voici quelques extraits :
De grands défis attendent l'Amérique mais le pays va faire face. Ce jour n'est pas seulement une passation de pouvoir d'un président à un autre et même d'un parti à un autre mais une passation de pouvoir d'une élite vers le peuple. 

La classe politique a prospéré mais le peuple non, les emplois n'ont pas suivis. Ce qui compte c'est que le gouvernement travaille pour le peuple américain. La nation doit servir ses citoyens et non l'inverse. Trop nombreux sont ceux qui n'arrivent pas à survivre alors que les élites s'enrichissent.

Nous sommes une nation. Nous avons un coeur en commun. Je vais servir tous les américains. Pendant longtemps nous avons dépensé des millions et des milliards pour les autres pays alors que les infrastructures de notre pays devenaient de plus en plus vieille et avait besoin de rénovation.

A partir d'aujourd'hui ce sera l'Amérique d'abord. Toutes les décisions seront prises en tenant compte de cela au service des américains. La protection conduira à la prospérité. L'Amérique sera gagnante à nouveau. Nous ramènerons l'emploi, rétablirons nos frontière et le rêve américain. Nous construirons des ponts, des tunnels et d'autres infrastructures avec une main d'oeuvre américaine.

Nous rechercherons l'amitié avec les autres peuples. Nous n'imposeront pas notre mode de vie aux autres mais nous serons juste une exemples pour les autres nations. Nous brillerons par cet exemple. Nous anéantirons le terrorisme islamiste de la surface de la terre.

La Bible dit qu'il est bon de voir le peuple de Dieu vivre en harmonie. Il faut donc rechercher la solidarité. Quand l'Amérique s'unit personne ne peut l'arrêter. N'ayez pas peur, nous serons protégé par notre armé, par notre police mais surtout par Dieu.

Il faut penser grand et rêver encore plus grand. Nous n'accepterons pas une classe politique qui parle et ne fait rien. Le temps des paroles creuses est fini. The time of empty talk is over. Il est temps de passer à l'action. Ne laissez personne vous dire c'est trop dur, aucun défi ne peut être surmonter par la volonté américaine. Notre pays prospérera à nouveau. Quelque soit la couleur de notre peau nous avons tous le même sang rouge. Nous jouissons tous des mêmes libertés et nous saluons tous le même drapeau. Vos voix, vos rêves définirons notre destinée. Ensemble nous ferons l'Amérique à nouveau forte. Nous rendrons la richesse à l'Amérique, sa fièrete et sa sécurité.

Vladimir Pozner: adieu aux illusions

Rédigé par chris - - Aucun commentaire

Vladimir Pozner Qui est cet homme qui raconte dans ses mémoires quʹil a travaillé à son insu pour le KGB, qui rejette toujours le capitalisme, mais rêve dʹune Russie enfin démocratique, qui aime à la fois New York et Moscou et se sent, au final, américain plutôt que russe? Est-il intouchable ? Et si oui, pourquoi? Passeur entre la Russie et lʹOccident, rencontré à Genève, Vladimir Pozner, pour "Le grand entretien" de ce jour, donne quelques éléments de réponse à nos questions, dans un français impeccable qui lui permet toutes les nuances.
Selon lui le régime communiste en Union Sovietique n'était pas un régime communiste mais un régime dictatorial. La Suéde est beaucoup plus communiste que la Russie de l'époque
A la fois américain, russe et parfaitement bilingue, Vladimir Pozner est une star au pays de Poutine. Et cʹest en français quʹil évoque un parcours unique, fait dʹaudace, dʹintelligence, de compromis et dʹun talent certain pour convaincre et séduire.
Né à Paris en 1934, dʹune mère française et catholique et dʹun père soviétique, juif et athée, Vladimir Pozner grandit à New York jusquʹà ce que la guerre froide oblige la famille à sʹexiler, dʹabord en RDA puis à Moscou. Pour le père de Vladimir, cʹest un retour aux sources et aux idéaux communistes. Pour la mère et le fils, qui a 19 ans, cʹest dʹabord un choc culturel. Le jeune homme ne remettra les pieds en Amérique que 38 ans plus tard.
Après des études à lʹuniversité, Vladimir Pozner devient journaliste, en dʹautres termes, avoue-t-il, propagandiste au service dʹune idéologie à laquelle il croit. Jusquʹau printemps de Prague et à lʹinvasion des troupes du pacte de Varsovie, première désillusion qui ébranle ses convictions. Aujourdʹhui, à près de 80 ans, Vladimir Pozner anime un show intitulé sobrement "Pozner", sur la première chaine dʹétat russe, dans lequel il reçoit une personnalité du monde politique ou culturel, russe ou internationale. Chaque semaine, "Pozner" réunit entre 7 et 10 millions de spectateurs malgré quelques propos bien sentis - et bien mesurés? - sur la politique du président Poutine qui ne semble pas être sa tasse de thé.
Fil RSS des articles de ce mot clé