Quand l'adoption est plus difficile que prévue

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
automutilation, adoption
Quand on parle adoption, on imagine souvent le pauvre enfant qui trouve une famille aimante. L'enfant est heureux de trouver une famille et la famille heureux de trouver un enfant. Tout le monde est heureux. On serait au pays des bizounous

L'article Adoption pas au pays des Bisounours nous décrit quelques cas ou l'adoption ne se passe pas bien.

Peut-on renvoyer un enfant adopté comme un produit défectueux ? En tout cas, on le fait. Beaucoup plus qu'on ne le croit et qu'on ne le dit. " C'est un sujet tabou, accuse le pédopsychiatre Pierre Lévy-Soussan,?

J'ai compris que les gens étaient plus honteux et malheureux d'avoir des enfants difficiles quand ils les avaient adoptés que lorsqu'ils leur avaient donné naissance écrit adoptive, Evelyne Pisier une mère adoptive. Dans la vraie vie,  30 % des familles adoptives connaissent de graves difficultés contre 15% pour les autres. Des adolescents peuvent demander à quitter leurs parents, qu'ils perçoivent comme persécuteurs.

Certains adolescents se lancent dans des conduites " apocalyptiques ", constate le Dr Pommereau. Fugues, drogue, vols... ". Au départ, avant l'adoption, tous sont persuadés que l'amour suffira.

Les enfants adoptés présentent par définition des troubles de l'attachement puisqu'ils ont vécu un arrachement majeur en étant abandonnés par leur mère biologique. Mais Pierre Lévy-Soussan affirme que cette explication ne suffit pas. Et que s'en contenter expose à dégager les parents de leurs responsabilités. C'est l'enfant qui a des problèmes, pas nous, ont-ils tendance à prétendre. " L'adoption est une relation, une interaction, souligne le pédopsychiatre. Tous les enfants ne sont pas adoptables. Tous les parents ne sont pas aptes à adopter.



Mise en foyer par une personne externe

Rédigé par chris - - Aucun commentaire
Tina (nom d'emprunt) est unejeune fille de 15 ans qui présente des troubles de l'attachement. Elle est suivi par les services sociaux de l'enfance par une spychologue et des professionnels. Depuis plusieurs mois elle fréquente un homme de 35 ans qu'on va nonmer L. En tant que parent, je trouve cette relation bizarre. Bien sûr officiellement ils sont amis ou plutôt papa fille. Tina appel L son papa. Parfois elle partait même au milieu de la nuit on ne savait pas ou elle était. L lui donnait des cigarettes, parfois un peu de drogue, lui payait des billets de train. Puis la situation s'est détérioré. Les messages reçus de L était plutôt contradictoires une fois il disait qu'il ne voulait plus la voir et aprés qu'il la voyait souvent.

Puis les choses se sont envenimé. Vu que Tina et L continuaient toujours à se fréquenter L au supermarché j'ai clairement dit à L que je ne voulait pas qu'ils se voient. Il répondait qu'il voulait discuter, qu'il ne faisait rien de mal et qu'il continuerait à voir Tina si il le voulait.

Puis un message de menace est arrivé. Si vous ne voulez pas discuter, Il va être obligé d'agir et cela risque d'être désagréable.

Effectivement lundi L a amené Tina au SPJ et elle est resté en foyer . Autrement dit il s'est vangé car je ne voulait pas qu'il voit ma fille en la faisant mettre en foyer. Il suffit de dire qu'il y a maltraitance et fabrication de marque et le tour était joué. Une famille brisée !! Un enfant retiré de sa famille.

Effectivement depuis qu'on était sous surveillance du SPJ on savait que la mise en foyer était une épée damocles. Ce jour lä mon töléphone avait été oublié donc la convocation en urgence au SPJ s'est faite sans moi. Autrement dit il y a eu jugement sans que je puisse me défendre.

Ce qui est le plus révoltant c'est que je SPJ ne voit pas de danger ni aucun problème à ce qu'une fille de 15 ans fréquente régulièrement un adulte de 35 ans.
Fil RSS des articles de ce mot clé