Les Suisses aiment leurs banques mais les banques n'aiment pas les Suisses de l'étrangers.

Le 10 Juin les suisses ont voté massivement contre l'initiative Monnaie pleine. Les banques vont continuer à gagner beaucoup d'argent et à préter de l'argent qu'elles n'ont pas.


Si vous habitez autre pays que la Suisse et que vous êtes suisse, vous pourrez constater que les frais bancaires sont quelque peu exhorbitant. Par exemple environ 500Fr par an pour un compte UBS.


Bref si vous avez un compte dormant avec un sommes d'argent que vous déposez et que vous utiliserez à votre retour ou pendant vos visites, celui ci va s'épuiser assez vite si vous le laisser ouvert.

Conclusion les Banques n'aiment pas les suisses vivant à l'étranger.

Une vieille carte des langues en Suisse

La carte des langues en Suisse évolue peu. Seul Bienne est en train de basculer du français vers l'allemad. En fait cette ville bilingue est à 60% germanique est 40% français. A noter que l'Alsace parle allemand. Cette carte date probablement entre 1970 et 1914

Votation du 4 mars 2018 : initiative pour les soins dentaires

Le 4 mars les suisses voteront pour avoir une assurance dentiste. En Suisse , on est pas assuré pour ses dents et les factures de dentistes sont trés trés cher. On considère que si on remboursait les soins dentaires, la prévention se porterait mal. On oppose prévention et soin comme si c'était l'un ou l'autre.
De nombreux suisse renoncent à se faire soigner les dents ou bien vont à l'étranger.



S’élevant en moyenne à 500 francs par an et par personne, les coûts de la santé bucco-dentaire sont à la charge des ménages à hauteur de 90%. Ceci signifie de lourds sacrifices et implique parfois de renoncer à d’autres dépenses, également indispensables. Pour nombre d’entre nous, payer la note du dentiste, c’est devoir se serrer la ceinture, voire s’endetter. Au point que près de 10% des Romands renoncent à se soigner par manque de moyens.

Situation insupportable, quand on sait l’importance de nos dents pour la santé générale. Ce n’est pas qu’une affaire d’esthétique ou de confort.

Saviez-vous que les pathologies bucco-dentaires augmentent considérablement le risque de maladies cardiovasculaires, de problèmes respiratoires ou encore de naissances prématurées ? A l’inverse, une personne souffrant d’un diabète ou d’un cancer a beaucoup plus de risques d’avoir des problèmes dentaires qu’une personne en bonne santé.

Soutenue par une large coalition d’associations, de syndicats et de partis, ainsi que par la majorité du Conseil d’Etat vaudois, l’initiative propose de mettre sur pied une assurance publique pour les soins dentaires.



Des détectives pour contrer la fraude à l'aide sociale



La Suisse va durcir la surveillances contre les bénéficiaires des assurances sociales pour lutter contre la fraude. Ecoutez le débat entre une personne qui trouve tout à fait normal de surveiller les assurés et une autre qui trouve que les moyens de contôles sont choquant. Vous en pensez quoi vous ?