Une vieille carte des langues en Suisse

La carte des langues en Suisse évolue peu. Seul Bienne est en train de basculer du français vers l'allemad. En fait cette ville bilingue est à 60% germanique est 40% français. A noter que l'Alsace parle allemand. Cette carte date probablement entre 1970 et 1914

Votation du 4 mars 2018 : initiative pour les soins dentaires

Le 4 mars les suisses voteront pour avoir une assurance dentiste. En Suisse , on est pas assuré pour ses dents et les factures de dentistes sont trés trés cher. On considère que si on remboursait les soins dentaires, la prévention se porterait mal. On oppose prévention et soin comme si c'était l'un ou l'autre.
De nombreux suisse renoncent à se faire soigner les dents ou bien vont à l'étranger.



S’élevant en moyenne à 500 francs par an et par personne, les coûts de la santé bucco-dentaire sont à la charge des ménages à hauteur de 90%. Ceci signifie de lourds sacrifices et implique parfois de renoncer à d’autres dépenses, également indispensables. Pour nombre d’entre nous, payer la note du dentiste, c’est devoir se serrer la ceinture, voire s’endetter. Au point que près de 10% des Romands renoncent à se soigner par manque de moyens.

Situation insupportable, quand on sait l’importance de nos dents pour la santé générale. Ce n’est pas qu’une affaire d’esthétique ou de confort.

Saviez-vous que les pathologies bucco-dentaires augmentent considérablement le risque de maladies cardiovasculaires, de problèmes respiratoires ou encore de naissances prématurées ? A l’inverse, une personne souffrant d’un diabète ou d’un cancer a beaucoup plus de risques d’avoir des problèmes dentaires qu’une personne en bonne santé.

Soutenue par une large coalition d’associations, de syndicats et de partis, ainsi que par la majorité du Conseil d’Etat vaudois, l’initiative propose de mettre sur pied une assurance publique pour les soins dentaires.



Des détectives pour contrer la fraude à l'aide sociale



La Suisse va durcir la surveillances contre les bénéficiaires des assurances sociales pour lutter contre la fraude. Ecoutez le débat entre une personne qui trouve tout à fait normal de surveiller les assurés et une autre qui trouve que les moyens de contôles sont choquant. Vous en pensez quoi vous ?

Facture de docteur et système de santé en Suisse



En Suisse les factures de docteurs ressemblent aux fiches de salaire françaises. Ci-dessus une facture d'une consultation trés basique. La prestation est détaillée à l'extréme par tranche de 5mn. Ici on voit que laconsultation pour une petite grippe avec un peu de fièvre a duré 15mn et qu'il y a eu un petit examen de base. Le tout a couté 106.65Fr soit presque 100€.

Ce prix n'est pas remboursable car la franchise de l'assurance maladie est de 2500Fr. Cela signifie qu'il faut avoir des dépenses supérieures à 2500Fr pour commencer à avoir une remboursement. Si les dépenses sont de 2700Fr par exemple, le remboursement se fera sur la base des 200Fr. Autrement dit ici en Suisse on paye chaque année des assurances toujours plus chères sans recevoir le bénéfice.

La conséquence est que le patient va aller chez le médecin vraiment si il en besoin, si il est vraiment malade. Il faut aussi noté que de nombreux généralistes ne prennent plus de nouveaux patient. Il est parfois difficile de simplement trouver un médecin quand on est malade.

Conclusion : Le système de santé suisse que certain qualifient de meilleur au monde est trés cher et n'offre aucun remboursement pour des maladies basiques (grippe) quand on a la chance de trouver un docteur qui nous acceptent. A coté de cela chaque année le prix des assurances maladie augment chaque année beaucoup plus que l'inflation. Les assurances sont obligatoire et comme on n'en bénéficie pas, on peut considérer cela comme des impôts.

Il n'y a pas d'assurance pour les dents.