intertalk.io

Si vous utilisez internet pour pratiquer une langue étrangère, il y a un petit nouveau : intertalk.io . C'est un site de chat orienter langue. Une fois votre profil créé, vous avez des salons de discussion par langue ou vous pouvez aussi discuter avec une personne en privée.

Ce site ressemble beaucoup à sharetalk qui a fermé dernièrement. C'est un trés bon moyen de se faire des amis tout en pratiquant une langue.

Le site est simple presque trop simple. Il manque des filtres par langues et par pays pour trouver des correspondants. Et il n'y a pas de liste d'amis. Si vous avez parlé avec une personne, vous ne pouvez pas garder ce contact pour la retrouver. Mais vous pouvez échanger votre contact skype ou facebook si vous voulez vous 'revoir'.

Résultat comparatif réseaux sociaux fédérés

Voici une notation des outils de réseaux sociaux libres. Les critéres étant définis dans l'article précédent , voici les résultats


Gnusocial Diaspora friendica Hubzilla pumpio movim
critères note sur 10





Simplicité d'usage 7 7 3 4 6 2
fonctionalité 4 5 8 9 3 2
confidentialité 2 6 8 8 3 5
popularité 3 10 2 2 2 1
esthétisme 7 6 2 5 4 3
installation 7 2 8 8 1 2
interopérabilité 3 5 8 5 1 2
Dynamisme 3 7 6 7 2 5

36 48 45 48 22 22



Quelques remarques

Ce serait intéressant de faire cette notation à plusieurs.

Gnusocial baisse car il évolue peu tant dans son utilisation que dans ses fonctionalités

Diaspora arrive sans surprise en numéro un mais hubzilla arrive avec une trés bonne note étonnament.

La surprise arrive de Hubzilla.

Voici donc le classement :

Numéro 1 : Diaspora. C'est le réseau social le plus connu et le plus utilisé. Il est simple d'utilisation mais toujours difficile à installer.

Numéro 2 : Hubzilla. Le petit nouveau issu de redmatrix ne se classe pas dans la catégorie réseau social mais vise plus haut. Il a su donner une meilleur image tout en conservant les anciens points fort de redmatrix.
On n'aime pas sa complexité toujours trop grande et sa faible popularité. Mais on aime l'identité nomade, son ouverture avec diaspora et la fédération, le dynamisme de sa communauté, la facilité d'installation et sa vision.

Numéro 3 : Friendica qui est trés ancien et toujours dynamique. Son gros point faible est son thème de base qui est vraiment trés moche et qui rebutera plus d'un.

Numéro 4. Gnusocial : En baisse. Il est simple à installer et à utiliser en plus d'être joli grace au thème qvitter. Mais on a l'impression qu'il y a peu d'évolution. De nombreuses personnes s'y sont inscrites mais n'ont jamais utilisés cet outils. L'accueil des nouveaux reste un grand point faible. Un petit groupe d'utilisateur francophone reste entre geeks. On sera aussi déçu par l'interopérabilité car on attend toujours une communication avec diapora ou friendica. Cela devrait venir mais à force d'attendre on n'y croit plus.

Numéro 5 : Pumpio. On aurait pu être séduit pas sa simplicité et sa performance. Mais l'interface reste en anglais on ne voit pas venir de nouvelles fonctionnalités depuis que son concepteur l'a laissé tomber. On peut penser qu'il va suivre le chemin de gnusocial c'est à dire végéter gentillement.

Numéro 6 : Movim. Malgrés quelques améliorations, je n'ai toujours pas été séduit par ce réseau révolutionaire. Son ergnomie bizarre à du mal à passer et on ne comprends pas trop comment il fonctionne. Sa communauté est réduite trop réduite.

Comparaison des réseaux sociaux fédérés

En cette fin 2015, on peut faire le point sur les différents réseaux sociaux fédérés.  Une analyse objective peut être faite en fonction de critères précis. Il sagira de mettre une note de 0 à 10 sur chacun de ces critéres et ensuite de faire le total. A noter que Hubzilla ne se défini pas comme un réseau social mais comme un outil de publication. On va considérer dans cette étude la partie social de cette application. On peut remplir ces critères seuls ou à plusieurs et faire une moyenne. Ce qui serait intéressant c'est de refaire la même étude dans le futur pour voir l'évolution.

Voici la liste des logiciels qui vont être analysés. Gnusocial, Diaspora, Friendica, Hubzilla, pumpio et on pourrait ajouter movim.

Critères

  1. Simplicité d'usage Plus un logiciel est simple, plus il sera ergonomique et moins on aura besoin de poser des questions et de lire de la documentation.

  2. Fonctionnalité Plus un logiciel aura de fonctionnalités, plus il sera complexe. (l'idéal est d'avoir un logiciel simple et trés fonctionnel

  3. Confidentialité Est on vraiment à l'abri des regards indiscret

  4. Popularité. Un réseau social sera attractif quand il sera populaire. La difficulté est de passer un cap d'utilisateur.

  5. Esthétisme. Le premier coup d'oeuil donne un sentiment pour longtemps. Un site doit être agréable à regarder. Ces points sont souvent négligés pour les projets libres.

  6. Facilité d'installation

  7. Interopérabilité Est ce que cet outil permet de communiquer avec la fédération. Plus la note sera haute plus la communication avec les autres réseaux sera élevé.

  8. Dynamisme de son développement Comment est la communauté ? Le développement est il rapide ou lent?


Aprés avoir défini les résultats voici les notes

Je viens de tester hubzilla

C'est le nouveau truc du moment sur les réseaux sociaux libres et fédérés. Hubzilla .
Contexte
hubzillaUne petite explication pour ceux qui ne connaissent pas et je pense qu'ils sont nombreux car Hubzilla n'est pas encore connu. On ne trouve aucun site de présentation, seul les pages d'aides des sites hubzilla explique en anglais ce que c'est.

Mike Macgirvin  ancien développeur chez AOL principal contributeur de Redmatrix a estimé que le but du projet n'avait pas été atteint. Une confusion existait. Nombreux sont ceux qui ont pensé que Redmatrix était le remplacement de Friendica. Friendica était un réseau social libre et fédéré. Mais d'aprés son concepteur Redmatrix n'était pas (seulement) un réseau social. Si on lit la page de description en anglais, c'est une plateforme décentralisée de communication et de publication qui permet de garder le controle de vos besoins. Bref cette définition était un peu général et pompeuse pour être bien comprise par tout le monde.

Il a donc été décidé de changer le nom du projet tout en gardant le même objectif. Un effort de communication a aussi été décidé pour faire connaitre le projet et le produit afin d'aider à son adoption.

Pour faire simple Friendica est un réseau social et certain disent que c'est même un métaréseau social car il permet d'ouvrir des communications avec d'autres réseau. Ce projet continue de vivre à son rythme. Redmatrix va être remplacé par Hubzilla.

Test de hubzilla
Alors devant la confusion rien de tel qu'un test pour voir ce qu'est réellement le produit et avoir un avis .  J'avais installé redmatrix et décidé de l'abandonné car il me semblait que c'était un peu lent et compliqué. J'ai sauvegardé mon compte. Et j'ai réouvert un compte hubzilla sur un serveur de test . A ce jour la version 1 de hubzilla n'est pas encore sortie. A l'inscription du compte j'ai pu importer mon ancien compte de façon trés simple. Ce compte (canal) m'a garder tous mes contacts. Je n'ai pas dû les enregistrer à nouveau. La grande force de redmatrix était l'identité nomade. Effectivement je n'ai pas dû demander à chacun de mes contact de m'accepter à nouveau. Aprés quelques tatonnement je me suis trés vite senti bien.

Impressions et retours
La première impression que j'ai eu c'est que comme redmatrix et même friendica, c'est un sentiment de complexité. Les paramètres sont nombreux et pas toujours simple à comprendre. Cette complexité pourrait rebuter plus d'un. Pourtant un effort avait été fait pour simplifier et ordonner tous ces paramètres. Mais trés vite j'ai réalisé que pour vraiment utiliser cet outil il fallait activer des options. La plupart des options sont désactivés par défaut.

Création d'un canal
Comme ce canal était anglophone car il était destiné à suivre l'évolution du projet, j'ai décidé de créer un canal francophone. En effet un compte peut comporter plusieurs canaux. Contrairement aux réseaux sociaux centralisés sur des personnes, hubzilla est ouvert à tout type de communication. Un canal peut être un blog, un forum, ou un fil de discussion type facebook ou twitter. Donc j'ai joué l'utilisateur de base qui ouvre un canal. Et j'ai voulu voir si on pouvait par exemple remplacer diaspora ou friendica.

Aprés quelques jours, j'ai vu qu'on pouvait ajouter des contacts diaspora mais que je ne pouvait pas commenter leurs posts. Par contre eux pouvaient commenter les miens. Je pensais au début à un problème de réglage mais je n'ai pas trouvé. C'est peut être un bug car la version utilisé est une béta.  Une personne a ouvert un compte et j'ai pu échanger avec elle.

Alors c'est quoi hubzilla. En ouvrant l'aide en anglais on y lit la même chose que ce qu'on voyait sur redmatrix. Bref c'est un outil de communication pour une communauté. On peut donc utiliser hubzilla pour faire un blog, un forum, partager ses photos ou ses fichiers. C'est un peu dropbox, facebook, et wordpress ensemble qui est ouvert et communique. On peut donner des permissions à des groupes par exemple notre famille, les membres de notre associations, nos potes etc...

L'identité nomade c'est le fait que si vous déménagez vous n'avez pas besoin de refaire tout votre réseau comme c'est le cas sur gnusocial. Diaspora a un outil d'import et d'export qui facilite ce genre de chose.

J'ai testé la fonctionnalité blog, c'est trop simple ou trop brut. Il n'y a pas d'outil de mise en page. C'est comme si on vous disait qu'un éditeur de texte et un outil pour faire un blog.

Conclusion
Hubzilla est un beau projet avec un grande vision. Ce n'est que le début. Pour l'instant il est plutôt destiné aux développeurs qu'à tous le monde. C'est un peu un framework sur lequel on peut batir de nouvelles choses. Sa complexité s'explique par le grand nombre de fonctionalités car on peut faire énormément de choses. On verra à l'avenir si d'autres projets vont se baser dessus pour faire quelque chose de simple pour le grand public.

Pour ceux qui veulent tester avec moi voici comment s'inscrire
Liste des serveurs (hub)
Page d'inscription sur le serveur ou je suis
Page du canal francophone
Enfin mon identifiant pour m'ajouter depuis d'autres réseaux : chrisfr@lastauth.com

PS hubzilla est encore en phase beta à ce jour (10 octobre 2015)

vie et mort des réseaux sociaux

Hier une mise à jour de gnusocial ne s'est pas bien passé. J'avais installé une instance que j'utilisais en alternative à twitter. Cela marchait assez bien. ET la mise à jour a donné une page blanche. Alors peut être cette instance va mourrir par manque de motivation pour son administrateur de chercher à le réparer. Et pour mes contacts je vais devenir mort.  Et je me suis posé la question que se passerait il si j'avais invité 10 personnes ou peut être plus 100 utilisateurs. Ils auraient perdu leurs contacts et serait donc mort.

On fête les 1 an de Framasphere , le pod diaspora francophone qui a le plus de succes.

Je vais traiter trois niveaux de vie et de mot. Celui d'un contact, celui d'un pod/instance/hub et enfin celui d'un protocole voir d'un type de réseau social.

Les réseaux sociaux fédérés arrivent doucement sur internet. Il faudra encore du temps avant qu'ils se fassent connaitre par le grand public mais déjà on se souvient de myspace qui avait eu son heure de gloire puis ce réseau est passé de mode. Facebook est maintenant depuis plusieures années le réseau sur lequel il faut être. Google n'a pas réussi à le détrôner et twitter a quelques difficulté à avoir le grand public.

L'idée d'avoir un réseau social sur plusieurs serveurs est assez ancienne. On prend l'exemple des emails qui communiquent entre eux quelque soit le serveur. Les utilisateurs de gmail peuvent aussi communiquer avec ceux de yahoo et pourquoi les utilisateurs de facebook ne peuvent pas communiquer avec ceux de google + ? Car chacun veut avoir le plus de monde chez soit pour vendre plus de publicité.

Le premier réseau social fédéré a été statusnet. Vous vous souvenez peut être de identi.ca l'alternative à twitter. Puis est venu diaspora. Friendica a eu une progression moins connu pourtant c'est peut être le réseau le plus abouti en terme de fonctionnalité. Redmatrix et hubzilla est peut être le futur car il nous propose une identité nomade,

Vie d'un contact
Ma réflexion de départ a été basé sur mon expérience personnelle sur gnusocial . J'ai remarqué que de nombreuses personnes n'étaient pas actives aprés leur inscriptions ou si ils essayaient le réseau et aprés un temps pour une raison ou une autre, il arrêtaient. Dans ma liste de contacts, il y a donc quantité de contacts 'mort'. Aucun outil n'existe pour faire le ménage. Alors c'est manuellement qu'il faut regarder si chaque contact est encore actif et sinon le supprimer. Gnusocial classe les contacts par date mais ce n'est pas le cas de friendica ni de diaspora.


Vie d'une instance
Je vais continuer ma réflexion en restant sur un groupe de réseau par exemple friendica. Je me souviens à mes début sur ce réseau un gros serveur avait brusquement arrété. Souvenez vous d'identica qui a migré sur pumpio. Les liens ont été perdu et nombres d'utilisateurs n'ont pas suivi et sont passé sur diaspora. Que faire quand un serveur s'arrête ? Il y peu de serveurs moyen ou gros, la plupart sont des petits serveurs personnelles. Il faut gérer, cela coût du temps de l'argent. Les réseaux libre et fédéré c'est bien mais qui peut proposer à tous le monde un compte gratuitement ? Framasoft le fait mais j'imagine qu'il n'a pas vocation à avoir la France entière voir le monde comme Facebook. L'idée de ce genre de réseau est justement d'avoir de petits serveurs qui communiquent entre eux. Mais que se passent il quand ils meurent ? Il faut se réinscrire et recommencer à ajouter des contacts.

Il est clair que ces petits pod/serveurs/hub sont assez fragiles et ont une durée de vie assez faible.

Une piste de solution pourrait reposer dans l'identité nomade mis en place avec redmatrix qui devient hubzilla.

Vie d'un protocole
On peut poursuivre la réfléxion en réalisant que finalement tous ces réseaux voir ces groupes de réseaux sont en fait des protocoles. Et même ces protocoles peuvent mourir et être remplacé par d'autres. J'ai lu quelque part que Evan ne poursuit plus le développement de pumpio. C'est comme si aprés quelques années on laisse tomber pour faire autre chose. Statusnet --> pumpio --> autre chose. Et les utilisateurs peuvent suivrent ou pas, migrer vers autre chose ou pas. Toute chose a une fin. Pourtant le protocole du courriel est encore bien vivant dans le monde d'internet. Facebook ne l'a pas encore tué. Il faut regarder les société de marketing par email pour se dire que l'email n'est pas mort.