Sans lendemain

Documentaire sur l'avenir de nos sources d'énergie. Pas trés optimiste mais qui nous invite à réfléchir pour déjà maintenant commencer à devenir autonome.

La Suisse de l'extérieur et de l'intérieur

N'avez vous jamais idéalisé un lieu ou un pays en le visitant en tant que touriste ? Probablement on voit des choses avec un regard différent selon qu'on arrive et découvre un pays que si on vit depuis des années dans ce même pays.

Voici donc quelques regards ou clichés vrais ou pas de la Suisse selon l'emplacement. Dans un premier temps on regardera la Suisse depuis l'extérieur. On constate qu'il y a souvent des clichés positifs. Dans un deuxième temps on posera notre regard de celui qui vit en Suisse depuis des années. La réalité est probablement entre les deux.

La Suisse de l'exterieur

  • Bon salaires : Comparés aux salaires des pays voisins il est vrai que les salaires suisses sont plus important surtout si on les traduit en euros. Mais en pouvoir d'achat est-ce toujours le cas ?
  • Sécurité : La Suisse a une image de stabilité et de sécurité. Mais le sentiment de sécurité est-il toujours réel dans tous les domaines ?
  • Organisé : L'organisation est une marque suisse.
  • Propre : On pense que la Suisse est un pays propre. Ce cliché perdure encore aujourd'hui
  • Démocratie : Le peuple est souverain et le peuple vote quatre fois par ans sur des sujets trés divers. C'est lui qui a le dernier mot.
  • Les gens sont honêtes : Par défaut, on fait confiance à une personne et l'honêteté est une valeur réelle.

La Suisse de l'interieur

  • Pas d'assurance dentiste : Les soins dentaires ne sont pas remboursés et sont trés cher. Il existe des assurances dentaires mais ils assurent les dents qui n'ont pas été soignées.
  • Pas de médecins : Quand vous êtes malade, le médecin vous dit qu'il n'acceptent pas de nouveaux patients et dans la meilleur des situations on vous donne un rendez-vous  dans quelques jours. C'est maintenant que vous êtes malade !!!
  • Pas de remboursement frais médicaux. Les factures médicales sont trés compliqués et détaillées. Peut être que le temps à faire une facture est suppérieur au temps accordé au malade. Il y a une ligne par tranche de 5mn et pour chaque acte différent une ligne. Par exemple pour une consultation simple de 15 mn il peut avoir 3 lignes pour le temps et 4 lignes pour l'examen et la prescription de médicament. Le montant tournera autour de 100Fr pour le docteur et 50Fr pour les médicament. Tout montant inférieur à 2500Fr n'est pas remboursé. Autrement dit vous êtes couvert si vous avez le cancer mais pas une grippe.
  • Impossible de faire un budget : Les choses sont tellement cher qu'il est difficile de faire un buget. Chaque facture est une surprise. La boite au lettre est principalement (90%) un récepteur de factures. Les impôts sont chaque année une surprise. Vous avez 3 mois pour valider les chiffres une fois la déclaration faite. Passé ces 3 mois en cas d'erreur c'est trop tard. Par contre l'administration des impôt peut remonter 10 ans en arrière pour corriger des choses en leur faveur. Si vous avez des revenus dans plusieurs pays ce sera une double déclaration et une double imposition maximale.
  • Surveillance généralisée y compris des voisins : Si on peut résumé le suisse : un surveillant. Il a cette charge comme une mission pour le bien commun. Il espionne son voisin et lui fait remarqué que telle ou telle chose n'est pas conforme au réglement. Il aura une certaine juissance à vous dénoncer et à faire un signalement.
  • On est pas chez soi mais dans une espèce de communauté : Les interactions avec les autres personnes se résument à recevoir des jugements sur ce que vous faites. Si vous n'êtes pas conforme aux attentes de la société on va vous le faire remarqué et la pression sociale va être continue.
  • On travaille de nombreuses heures : 42.5 heures de travail hebdomadaire est la norme en commençait vers 7 h 30.
  • Pas d'amis on se sent seul : C'est peut être le point le plus délicat et difficile à comprendre. Si vos voisins viennent chez vous quand quelque chose sort de la norme, personnent ne s'intéressent à vous quand tout va bien. Chacun chez soi. Les suisses n'invitent pas leurs amis à la maison. Le domicile est un lieu particulièrement intime.
  • Forte pression sociale pour être conforme : La valeur cachée de la Suisse est la conformité. Si on est bien dans le carré ça va, si on dépasse un peu ça ne va pas.
  • La cuisine est un centre de tri. : Comme on encourage le tri et que vous payez les poubelles par sac ( une petit sac 3Fr et un grand sac 5Fr) vous n'avez pas le choix de trier. C'est bien sauf que la décheterie a des heures trés réduites et que vous pouvez oublier d'y aller. Résultat : dans la cuisine il y a des bouteilles en verre, des bouteilles en plastique, des tas de papiers d'autres de cartons des boites en alu en métal bref la cuisine se transforme en décheterie.
  • Les sacs poubelles sont payant : Attention à ne pas mettre de poubelles de votre cuisine dans une poubelle publique vous riquez gros. Si vous abandonnez votre poubelle, on peut l'ouvrir et cherchez votre adresse. Une forte amende vous attend.
  • Trotoir sur un seul coté de la route : comme les routes sont trés étroites, parfois il y a un trotoir uniquement d'un coté de la route.
  • Les fins d'agglomérations sont invisibles : Les panneaux sont placés à gauche et sont trés discret.
  • Le pays carré : le drapeau de la nation est carré, les fenêtres des batiments sont souvent carrée, les points sur les i sont carrés, les séparateurs de francs et centimes sont des carrés, les interupteurs pour la lumières sont carrés.

Continuer ou ne pas continuer

Régulièrement je me pose la question de continuer ou pas ce blog. Et la vue des dernières statistiques n'est pas trés encourageante.

Au début je me disais, il faut des contenues de qualité, il faut de la patience, il faut travailler sur le référencement etc. etc..  Mais je me dis que les temps ont changés.

On est plus dans les années 2000, aujourd'hui les gens sont enfermés dans des applications. Ils sont sur facebook, instagram et n'en sortent pas. Les murs existent. Internet n'est plus l'espace ouvert d'expression libre. Pour persé, il faut plus.

Alors oui quand on écrit un blog le but est d'être lu. Si peu de monde lisent on passe beaucoup de temps à s'investir pour un résultat trés maigre.

Alors toujours les mêmes pensés viennent. Un blog qui n'est pas ciblé sur un public mais qui parle de tous dans tous les sens est un exemple à ne pas suivre. Il faudrait peut être faire un blog photo, un blog musique, un blog réflexion, un blog technique bref avoir des sujets ciblés et y rester. L'erreur est d'écrire des sujets trés divers.

La boite de résonnance à coup de gueule n'a jamais existé que dans mon imagination. Les lecteurs sont des internautes perdus, il n'y a aucune communauté fidèle.

Faire un n'est pas facile et cela l'est de moins en moins. Internet continue sa consentration.

Je ne vais pas finir sur cette note pessimiste. Je vais m'accrocher à une lueur d'espoir que je trouve grâce aux réseaux sociaux fédérés. Mastodon, peertube, Hubzilla, Pixelfed et autre plume, ces outils foisonnent et sont fédérés. Ils ont pour but de pouvoir se suivre, de communiquer entre eux. Peut être un outil permettra de remplacer pluxml et des lecteurs attendront le prochain article pour le commenter. Ce jour est encore loin que mais il approche. Les outils se multiplient. Et pourquoi ne pas ajouter une touche de fédération dans pluxml. Stop j'arrête de réver.

Informaticien

Je tombe par hazard sur cette remarque ...

Et je me dit que ce que je rencontre chez moi n'est pas une exception. On voit ici que l'offre d'emploi est trés spécifique. Bref on recherche le mouton à cinq pattes. Mais à mon travail j'ai l'impression que c'est ce qu'on me demande au quotidien. Résoudre tous les problèmes divers ainsi que faire avancer les projets.

Hubzilla : un diamant dans la poussière.



L'heure est venu de faire des bilans . Voici une réflexion sur hubzilla en cette fin d'année 2017. Une article de réflexion, un peu critique mais pas tant que ça finalement. Peut être il vous donnera envie de voir par vous même. Peut être vous confirmerez... ou pas. Vous pouvez réagir, compléter ou valider ces réflexions, Vous pouvez commenter ici, sinon sur mon canal que vous pouvez suivre sur Mastodon, Diaspora ou autres réseaux sociaux compatible ActivityPub .

Hubzilla est un outil qui mériterait mieux. Il ressemble à un diamant dans un tas de poussière. On ne le voit pas. On pense que c'est juste un caillou comme il y en a plein.

Hubzilla est une plateforme qui permet de communiquer de façon décentralisée. On peut publier des informations, suivre d'autres canaux ou contacts comme on le fait sur des réseaux sociaux. C'est décentralisé c'est à dire qu'on a pas besoin d'ouvrir plusieurs comptes un par site. C'est compatible avec les grands réseaux sociaux populaires comme Mastodon, Diaspora et Gnusocial. Mais plus fort, on peut cloner ou bouger son compte facilement sans avoir à redemander à nos contacts de nous suivre. C'est l'identité nomade l'ADN de Hubzilla. En plus on peut faire des pages web, travailler avec des wiki, gérer son calendrier avec CALDAV, synchroniser ses fichiers etc... Le tout avec un niveau de permission très pointu et une grande sécurité. Cet outil s'installe relativement facilement sur un serveur même petit.

Mais pourquoi est-il si peu utilisé ? Les francophones sont particulièrement peu nombreux. Je vais ici essayer de chercher des raisons par des hypothèses.

L'inscription

Pour aller sur hubzilla, il faut vraiment le vouloir. Il faut déjà trouver un hub. Il y en a plein mais certains sont morts, inactifs ou vieux. Certains demande une validation de l'administrateur qui ne vient jamais. Certains demandent une validation de l'email qui ne vient pas non plus. La première page affiché aprés inscription est la page paramétrage qui est un choc. On ne comprend pas ce que c'est et elle nous donne envie de partir. Rien n'attire. Et une fois ces obstacles franchis, on ne sait pas comment utiliser l'outil.

L'ergonomie

Le gros point faible de Hubzilla est son ergonomie. Il faut chercher ce qu'on veut faire. On devrait savoir utiliser une application sans lire de documentation ni chercher. Cela devrait être logique, simple et évident. Hubzilla demande à l'utilisateur un effort. Il faut apprendre, chercher et persévérer. C'est généralement pas les qualités que la plupart des gens ont.

La complexité

Hubzilla a tellement de fonctionnalité qu'il est compliqué. Il y a des paramétrages partout. Des paramétrages au niveau de l'administrateur (bon là on peut accepter), des paramétrages au niveaux de l'utilisateurs. Des choses qu'on peut faire ou pas. Cette complexité est une vraie faiblesse.

Effet réseau

Quand on arrive sur Hubzilla malgré les difficultés à l'inscription et les premiers pas en tant que membre, on se sent seul. Il y a peu de monde. Le monde attire le monde et inversement. Une des raisons pourquoi Hubzilla n'est pas utilisé est parce que peu de monde l'utilise. Le serpent se mort la queue. Comment briser ce cercle ?

Honte d'inviter quelqu'un

Il y a peu de monde mais je vais inviter mes amis. Eux vons inviter leurs amis et le monde viendra. Mais ... Je commence à avoir honte. Pour les raisons expliqués plus haut, j'ai un peu honte. J'invite une personne et je retiens mon souffle. La plupart du temps, l'invitation fait plouf. Le taux de réussite est trés faible.


Comment mettre en valeur ce diamant

Hubzilla est comme un diamant dans la poussière. On ne voit pas sa valeur. Mais il faut savoir le tailler ce diamant, le mettre dans une jolie boite et le mettre à la lumière.

Que manque-t-il à Hubzilla ? Propablement pas de nouvelles fonctionnalités. Il y en a déjà beaucoup, trop peut-être. Comment simplifier ce qui est complexe ? Comment rendre facile ce qui est difficile. C'est le défi à relever pour que l'utilisateur retrouve un peu plus de sa liberté en maitrisant mieux ses données.

Site officiel hubzilla

Hubzilla francophone