Le 4 mars les suisses voteront pour avoir une assurance dentiste. En Suisse , on est pas assuré pour ses dents et les factures de dentistes sont trés trés cher. On considère que si on remboursait les soins dentaires, la prévention se porterait mal. On oppose prévention et soin comme si c'était l'un ou l'autre.
De nombreux suisse renoncent à se faire soigner les dents ou bien vont à l'étranger.



S’élevant en moyenne à 500 francs par an et par personne, les coûts de la santé bucco-dentaire sont à la charge des ménages à hauteur de 90%. Ceci signifie de lourds sacrifices et implique parfois de renoncer à d’autres dépenses, également indispensables. Pour nombre d’entre nous, payer la note du dentiste, c’est devoir se serrer la ceinture, voire s’endetter. Au point que près de 10% des Romands renoncent à se soigner par manque de moyens.

Situation insupportable, quand on sait l’importance de nos dents pour la santé générale. Ce n’est pas qu’une affaire d’esthétique ou de confort.

Saviez-vous que les pathologies bucco-dentaires augmentent considérablement le risque de maladies cardiovasculaires, de problèmes respiratoires ou encore de naissances prématurées ? A l’inverse, une personne souffrant d’un diabète ou d’un cancer a beaucoup plus de risques d’avoir des problèmes dentaires qu’une personne en bonne santé.

Soutenue par une large coalition d’associations, de syndicats et de partis, ainsi que par la majorité du Conseil d’Etat vaudois, l’initiative propose de mettre sur pied une assurance publique pour les soins dentaires.



chris

Les commentaires sont fermés.

Fil RSS des commentaires de cet article