La loi travail en France

Rédigé par chris - -
Le gouvernement voulait améliorer le marché du travail et le rendre plus fluide en simplifiant les rêglementations relatives au travail. Ce projet semble être un bon objectif pour faire baisser le chômage.

Depuis le début du quinquennat de Hollande, il y a eu peu de conflits sociaux malgrès une grogne généralisée. Le président avait comme point fort d'être consiliant pour éviter au maximum les conflits. Cette force pouvait aussi sembler une faiblesse pour certains car les réformes attendus se font toujours attendre.

Cette loi travail a été la 'réforme' de trop. Elle devait passer coute que coute car Bruxelle était là pour faire pression. Au début, il y a eu une certaine incrédulité. En effet annoncer à la fois une précarité et une baisse des salaires sans aucune contrepartie était un peu fort de café. Aprés négociations cette loi a été adoucit. Tellement adoucit qu'elle en a perdu sa saveur et sa simplicité. Elle a réussi à agréger tous les mécontentements, ceux des salariés mais aussi des petites entreprises. Seul les grandes entreprise représentés par le MEDEF était satisfaites encore que à la fin plus vraiment car trop de concessions avaient été fait.

En ce premier jour de l'euro 2016, la grêve redouble d'intensité avec des blocages et des grêves sur tous les fronts. Essences, électricité, train, RER, métro, ordure la liste est longue. Il n'y a que les étudiants qu'on entend plus à cause des examens. La stratégie à donner à certains catégories en échange de leur silence n'a pas marché. Le gouvernement a torpillé la réforme de la SNCF à coup de milliard pour rien car la CGT est toujours aussi déterminée à vouloir faire retirer cette loi.

Mais ce qui est à noté est comment l'information est présenté. Depuis le début ce mouvement a été minimisé en répétant qu'il était en train de s'essouflé qu'il n'y avait pas beaucoup de contestation à coup de chiffre et que la grande majorité de la population était favorable à cette réforme qu'une petite minorité de syndicalistes bloquait.

Plus fort ces derniers jours quand on parlait de ce conflit les mots qu'on entendait était le non sens et l'incompréhension. Les politiciens de droite comme de gauche répétait que cette grêve n'avait plus de sens et qu'elle n'était pas compréhensible.

Pourtant la raison de cette grêve est tout à fait compréhensible. C'est une opposition à la loi travail qui fait baisser les salaires et augmente la précarité. Les politicien font semblant de ne pas comprendre.

Cette loi n'avait pas eu de majorité ni au parlement ni dans l'opinion. Seul l'article 49.3 de la constitution a permis à cette loi de passer.

Les français qui se sentaient loin des gouvernants et incompris se révoltent. Hollande est obligé de faire passé cette loi non pour soit disant soutenir sa candidature car il ne va pas se présenté étant donné les faibles chances qu'il a aux élections mais surtout à cause de Bruxelle qui fait pression sur la France pour faire des réformes.

Combien de temps Hollande peut-il tenir ? L'euro pourra-t-il faire oublier la vrai raison de la contestation ? L'avenir le dira.


Les commentaires sont fermés.